Algues vertes: la famille d’un homme mort en 2009 va demander une contre-expertise

Publié le : Last updated:

algues vertes

Une plage d’algues vertes
© AFP/Archives Charly Triballeau

Rennes (AFP) – La famille de Thierry Morfoisse, un chauffeur de 48 ans mort en juillet 2009 après avoir déchargé des algues vertes à Binic (Côtes-d’Armor), va demander une nouvelle contre-expertise après un rapport excluant un « lien certain » entre les algues et le décès, a indiqué jeudi son comité de soutien.

Dans ce rapport, les trois experts désignés par la juge d’instruction du pôle santé du parquet de Paris affirment qu’ils ne peuvent « établir un lien certain entre la respiration d’hydrogène sulfuré (dégagé par les algues en décomposition – ndlr) dans les moments précédant la mort et celle-ci ».

Les mêmes experts avaient déjà abouti aux mêmes conclusions dans un précédent rapport.

Pour André Ollivro, président d’une association écologiste et représentant du comité de soutien à la famille Morfoisse, ce rapport va totalement à l’encontre de la décision en juillet de la Cour d’appel de Nantes, établissant la responsabilité des algues vertes dans la mort d’un cheval sur la plage de Saint-Michel-en-Grève (Côtes d’Armor).

La cour avait estimé que la mort de l’animal « devait être regardée comme ayant eu pour cause déterminante une intoxication par inhalation d’un gaz toxique (hydrogène sulfuré, H2S) dégagé par des algues vertes en décomposition ».

Elle avait aussi reconnu la responsabilité de l’Etat sur les conséquences sanitaires de la prolifération de ces algues, du fait de ses « carences » à lutter efficacement « contre les pollutions d’origine agricole qui (en) sont la cause principale ».

Dans le cas de Thierry Morfoisse, qui dans le cadre de son travail de chauffeur dans une entreprise de BTP était amené régulièrement à convoyer des algues vertes, le lien de causalité avec son décès n’a, jusqu’à présent, pas été reconnu.

« On voit bien qu’aujourd’hui, la justice est frileuse, a déclaré M. Ollivro, indiquant qu’outre une contre-expertise, la famille allait demander « la reconstitution en laboratoire des effets de la décomposition d’algues vertes en matière d’altération du vivant ».

« On se battra car cela suffit qu’on continue dans le déni de la destruction de nos plages et de ceux qui ramassent les algues vertes », a-t-il assuré.

La famille a huit jours pour demander une contre-expertise ou un complément d’expertise, faute de quoi la procédure, ouverte dans le cadre d’une plainte contre X pour homicide involontaire par imprudence, pourrait déboucher sur un non-lieu.

© AFP

 

Media Query: