Nucléaire: l’Autriche attaquera un feu vert de Bruxelles au projet d’EPR anglais

Publié le : Last updated:

EPR anglais

Construction du réacteur de Flamanville, dans le nord-ouest de la France, le 19 février 2014
© AFP/Archives Charly Triballeau

Vienne (AFP) – Le gouvernement autrichien attaquera devant la Cour européenne de justice un éventuel feu vert de la Commission européenne aux aides permettant la construction d’une centrale nucléaire de type EPR en Angleterre, a-t-on appris mercredi auprès du ministère de l’Environnement à Vienne.

Un porte-parole du commissaire européen à la Concurrence Joaquin Almunia avait indiqué lundi que celui-ci s’apprêtait à proposer à la Commission de prendre en octobre une « décision positive » dans ce dossier porté par Londres et le géant français de l’électricité EDF.

En pratique, M. Almunia est disposé à accepter que EDF bénéficie pendant 35 ans, pour l’électricité produite par la future installation, d’un prix garanti très supérieur aux cours actuels de l’électricité Outre-Manche, une disposition généralement réservée aux énergies renouvelables.

« Ce scandale doit être combattu par tous les moyens légaux », a déclaré le ministre Andrä Rupprechter (OVP, conservateur), selon des propos rapportés par la presse autrichienne et confirmés à l’AFP par son cabinet. Vienne envisage l’introduction d’un « recours en annulation », a-t-il été précisé.

L’Autriche, un pays qui s’affiche comme farouchement antinucléaire, redoute qu’une décision favorable de Bruxelles ne relance la filière nucléaire en Europe au détriment des énergies renouvelables.

En particulier, la petite république alpine redoute que des prix garantis élevés de l’électricité ne donnent un nouveau souffle à un projet de construction de deux nouvelles tranches à la centrale tchèque de Temelin, à sa frontière.

L’Autriche a rejeté par référendum en 1978 tout recours à l’énergie nucléaire, alors que sa première centrale allait entrer en service à Zwentendorf, près de Vienne. Le pays importe cependant une part de sa consommation d’électricité.

Le projet britannique porte sur la construction par EDF allié aux chinois CGN et CNNC de deux réacteurs EPR du groupe français Areva à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l’Angleterre, pour près de 19 milliards d’euros.

Le gouvernement britannique a garanti un prix d’achat de l’électricité d’au moins 89,50 livres par mégawattheure, quitte à payer la différence s’il est supérieur au prix du marché. Ce volet du contrat nécessite le feu vert de Bruxelles.

© AFP

Media Query: