Fukushima: les révélations posthumes de l’ex-directeur de la centrale

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Des ouvriers durant la construction d'un mur de glace autour de la centrale nucléaire de Fukushima, le 9 juillet 2014 © Pool/AFP/Archives Kimimasa Mayama

Des ouvriers durant la construction d’un mur de glace autour de la centrale nucléaire de Fukushima, le 9 juillet 2014
© Pool/AFP/Archives Kimimasa Mayama

Tokyo (AFP) – Trois ans et demi exactement après l’accident de Fukushima, le gouvernement japonais a rendu public le contenu des auditions de protagonistes du drame, dont les propos de celui qui était alors directeur de la centrale, coincé entre le marteau gouvernemental et l’enclume nucléaire.

Dans la liste des transcriptions en japonais publiées sur un site gouvernemental, figurent notamment les déclarations de l’ex-Premier ministre Naoto Kan, de l’ancien ministre de l’Industrie Banri Kaieda, du porte-parole du gouvernement à l’époque, Yukio Edano, et de feu Masao Yoshida, alors aux commandes du complexe Fukushima Daiichi saccagé par le tsunami du 11 mars 2011.

M. Yoshida, décédé l’an passé d’un cancer, avait été interrogé de longues heures entre juillet et novembre 2011 sur les opérations entreprises dans la centrale pour en reprendre le contrôle, alors que les coeurs de trois des six tranches étaient en fusion et que s’étaient produites plusieurs déflagrations.

« Quand a explosé le bâtiment du réacteur 3, nous n’avions sur le coup plus de nouvelles de 40 personnes. A cet instant, je me suis dit que s’il leur était arrivé quelque chose, je me trancherais le ventre sur place. Heureusement, personne n’est mort: c’était une chance dans le malheur, sans doute grâce à Dieu ».

Dans ce marasme, a-t-il suggéré « d’abandonner » le site en furie ?

Réponse de l’intéressé: « à la fin des fins, si la situation était devenue vraiment horrible et qu’il ait fallu fuir, j’aurais laissé le minimum de personnes indispensables. Moi, j’avais l’intention de rester ».

Il n’a pas, dit-il, donné l’ordre de se réfugier dans l’autre centrale de Fukushima, Daini, même si 650 ouvriers ont décampé.

M. Yoshida était l’interface entre les techniciens sur le terrain et le siège tokyoïte de son entreprise, Tokyo Electric Power (Tepco). Le bureau du Premier ministre lui donnait aussi directement des ordres, sans compter la présence d’une Autorité de sûreté nucléaire qui multipliait les interventions pas toujours jugées bien placées.

Media Query: