Iles Féroé : 14 militants arrêtés en tentant de protéger des dauphins

Publié le : Last updated:

Capitaine Paul Watson, fondateur de l'ONG Sea Shepherd à bord du "Ocean Warrior", le 7 juillet 2000 au large de Torshavn, une île de l'archipel des Féroé dans l'Atlantique nord © Scanpix Denmark/AFP/Archives Jens Kristian Vang

Capitaine Paul Watson, fondateur de l’ONG Sea Shepherd à bord du « Ocean Warrior », le 7 juillet 2000 au large de Torshavn, une île de l’archipel des Féroé dans l’Atlantique nord
© Scanpix Denmark/AFP/Archives Jens Kristian Vang

Stockholm (AFP) – Quatorze militants de la cause animale ont été arrêté aux Iles Féroé, dans l’Atlantique nord, tandis qu’ils essayaient de stopper une pêche aux dauphins controversée, a annoncé dimanche l’ONG Sea Shepherd.

Les 14 personnes détenues sur l’île de Sandoy sont huit Français, deux Espagnols, deux Sud-africains, un Italien et un Australien, a précisé à l’AFP Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France.

« Leur avocat les a vus et ils vont bien. Ils attendent de savoir ce qui va leur arriver », a-t-elle déclaré.

Six militants se trouvaient sur l’île de Sandoy et les huit autres étaient répartis sur trois petites embarcations non loin de la rive. Ces trois bateaux « ont été saisis », a ajouté Mme Essemlali.

Sea Shepherd a indiqué qu’un navire de la Marine danoise avait ordonné aux trois bateaux de se retirer, avant de les capturer.

Un porte-parole de l’armée danoise a expliqué qu’il s’agissait d’une procédure standard d’assistance à la police des Iles Féroé, province autonome du royaume du Danemark.

L’ONG a affirmé que ses militants avaient été arrêtés pendant qu’ils tentaient de secourir un groupe de 33 dauphins-pilotes rabattus vers le rivage, où les attendaient des groupes de chasseurs. La pêche s’est poursuivie après les arrestations et tous les mammifères ont été tués.

De nombreux dauphins-pilotes sont ainsi abattus chaque année aux Iles Féroé : une flottille rabat les mammifères dans une baie, où ils sont massacrés au crochet et au couteau.

Beaucoup d’autochtones défende cette pratique comme un droit culturel, quand les défenseurs des animaux dénoncent « un abattage massif, brutal et archaïque ».

– « Atrocité » –

Sea Shepherd mène depuis le mois juin une campagne contre ce qu’elle qualifie de « plus grand massacre de mammifères marins en Europe », avançant le nombre de 1.500 cétacés ainsi tués chaque année.

Plusieurs centaines de militants ont promis de patrouiller au large des Iles Féroé pour empêcher la chasse aux dauphins-pilotes. Leur présence a conduit à une situation très tendue sur le petit archipel, d’après la chaîne de télévision danoise TV2.

La semaine dernière, un militant espagnol de Sea Shepherd a été agressé et frappé au visage par un partisan local de la chasse traditionnelle, ont assuré Sea Shepherd et TV2.

L’ONG a cependant reçu le soutien de célébrités, comme la navigatrice Florence Arthaud, la danseuse étoile Sylvie Guilhem, et les comédiens Pamela Anderson et Charlie Sheen.

L’un des trois bateaux saisis samedi, le « B.S. Sheen », est même parrainé par l’acteur américain, qui s’est dit fier que son bateau prenne part à l’action menée pour stopper « une atrocité ».

« Depuis qu’on en tient le compte, plus de 265.000 petits cétacés ont été tués aux Iles Féroé », d’après Sea Shepherd, qui affirme que 267 dauphins-pilotes ont été massacrés l’an dernier au cours d’une chasse près de la ville de Fuglafjordur.

Selon un sondage récent cité par TV2, 77% des quelque 50.000 habitants de l’archipel soutiennent ces chasses aux dauphins, contre seulement 12% qui s’y opposent.

La pêche aux cétacés dans les Iles Féroé remonte aux premiers colons scandinaves, les Norses, il y a plus de mille ans. Les chasses en communauté y ont cours au moins depuis le XVIe siècle.

Media Query: