Nicaragua: le canal interocéanique menace l’approvisionnement en eau douce

Publié le : Last updated:

canal interoceanique

Une femme s’apprête le 24 avril 2014 à faire sa lessive dans le lac Nicaragua, également baptisé Cocibolca, qui doit traverser le pays d’est en ouest afin de relier la mer des Caraïbes au Pacifique
© AFP/Archives Inti Ocon

Managua (AFP) – Le canal interocéanique du Nicaragua passera par le deuxième plus grand lac d’eau douce d’Amérique latine, le Cocibolca, ont annoncé lundi le gouvernement et l’entreprise chinoise chargée de ce projet pharaonique.

« Le canal traversera le territoire nicaraguayen d’est en ouest, sur une longueur totale estimée à 278 km, comprenant 105 km du lac Nicaragua » (Cocibolca), a déclaré l’ingénieur Dong YungSong, lors d’une rencontre avec des responsables universitaires et gouvernementaux à Managua.

Le canal partira de l’embouchure du fleuve Brito, sur la côte Pacifique, passera par le lac Cocibolca, puis par les affluents Tule et Punta Gorda, qui débouchent sur la mer des Caraïbes, a-t-il précisé, soutenant qu’il s’agissait de l’option la plus respectueuse de l’environnement.

Principale source d’eau douce du pays, le Cocibolca est le deuxième lac d’eau douce d’Amérique latine après le lac Titicaca, entre Pérou et Bolivie.

En 2013, le gouvernement nicaraguayen a accordé à l’entreprise chinoise basée à Hong Kong HKND la concession pour la construction et l’exploitation de ce nouveau canal interocéanique, alternative au canal de Panama.

Le chantier, estimé à plus de 40 milliards de dollars et qui doit débuter en 2014, est présenté par les autorités comme une planche de salut dans ce pays de 5,8 millions d’habitants où 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté local.

© AFP

Media Query: