Les députés veulent interdire les sacs plastiques à usage unique

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

sacs plastiques

L’Assemblée nationale à Paris
© AFP/Archives Joël Saget

Paris (AFP) – Un amendement gouvernemental interdisant les sacs plastiques à usage unique à partir du 1er janvier 2016 a été voté mercredi soir en commission par les députés, selon une source parlementaire.

Ce vote, intervenu dans le cadre d’un projet de loi sur la biodiversité, est « une bonne nouvelle » pour France Nature Environnement (FNE), qui espère que « cela ne va pas être détricoté immédiatement, car les lobbies sont à l’affût ».

Déjà, sous l’effet d’une convention volontaire, le nombre des sacs plastiques de caisse distribués en France dans les grandes surfaces alimentaires est passé de 10,5 milliards à 700 millions entre 2002 à 2011, souligne le gouvernement dans son exposé des motifs de l’amendement.

« Mais il y a lieu de poursuivre cette réduction car près de 5 milliards de sacs de caisse en matière plastique à usage unique et plus de 12 milliards de sacs dits +fruits et légumes+ sont encore distribués dans les commerces », ajoute-t-il.

La proposition vise donc à prendre en compte les enjeux liés à la consommation importante de sacs +fruits et légumes+ qui jusqu’à présent n’ont jamais fait l’objet de dispositions visant à en réduire leur consommation.

Elle prévoit une interdiction de distribution des sacs à usage unique sauf pour des sacs répondant à des conditions particulières: les sacs « biosourcés » et compostables.

« On pense que l’opinion est prête », souligne Benoît Hartmann, porte-parole de FNE, tout en plaidant pour « l’étape suivante, c’est-à-dire l’interdiction de tous les sacs jetables », y compris les sacs biodégradables, qui nécessitent d’être traités dans des composteurs industriels, et les sacs dits « oxofragmentables » censés se dégrader mais contenant des résidus de plastique.

Les sacs jetables, même biodégradables, sont « non écologiques », estime l’ONG, à la fois à travers le produit lui-même mais aussi à travers la « mentalité » qu’ils véhiculent en « laissant croire qu’on peut faire ses courses avec un sac qui va finir à la poubelle ».

La date de l’examen en séance du projet de loi sur la biodiversité n’est pas encore fixée.

© AFP

Media Query: