Sea Shepherd part en guerre contre la chasse aux dauphins des îles Féroé

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

dauphins féroé

Des militants de l’ONG Sea Shepherd, à La Ciotat, le 25 mai 2011
© AFP/Archives Gerard Julien

Amsterdam (AFP) – L’association de défense des océans Sea Shepherd se préparait vendredi à une campagne sans précédent contre les « grinds », une chasse séculaire aux dauphins dans les îles Féroé, que l’ONG qualifie de « massacre obsolète ».

« C’est une tradition vieille de centaines d’années, qui date d’une époque où les habitants avaient besoin de manger les dauphins pour survivre », assure à l’AFP Alex Cornelissen, directeur de Sea Shepherd, alors qu’un convoi de l’ONG à destination des îles Féroé faisait escale à Amsterdam.

« Or, l’argument de la subsistance n’est plus du tout à l’ordre du jour, il s’agit maintenant d’un divertissement plus qu’autre chose, un massacre obsolète », a ajouté M. Cornelissen.

« En plus, ces dauphins sont maintenant impropres à la consommation en raison de la pollution. Ils contiennent une forte concentration de mercure par exemple », soutient-il.

Selon l’ONG, plus connue pour ses campagnes musclées dans l’océan Austral contre les harponneurs de baleines japonais, environ 1.500 cétacés sont tués chaque année lors des « grinds ».

Cette tradition, défendue par les autorités locales, consiste à rabattre des globicéphales, ou dauphins dit « pilotes », dans des criques pour ensuite les attraper depuis la plage à l’aide de crochets fixés au bout de cordes et les tuer à l’arme blanche.

Sous protectorat danois, l’archipel situé entre l’Islande et l’Ecosse est souvent en opposition avec l’Union européenne en matière de pêche.

« Ils chassent une espèce protégée par plusieurs conventions en Europe », soutient M. Cornelissen : « ils sont sous protectorat danois, ils doivent donc respecter les règles européennes ».

Au total, quelque 500 activistes de Sea Shepherd se relaieront de juin à octobre dans les îles Féroé au sein d’équipes au sol ou en mer.

« Nous devons repérer les dauphins avant ceux qui les chassent et les éloigner le plus possible des côtes », explique Lamya Essemlali, qui dirigera la campagne 2014.

« Si un groupe de dauphins est repéré avant que nous ne puissions les éloigner, ils faudra employer d’autres moyens, notamment au sol ».

Les activistes auront à leur disposition quatre vedettes d’intervention rapide et un navire plus important, le « Colombus », ainsi qu’une dizaine de voiture et des mobile-homes, selon M. Cornelissen.

Une partie des activistes, qui remorquent les vedettes d’intervention rapide, ont fait escale vendredi à Amsterdam. Ils doivent arriver dimanche soir aux îles Féroé via un ferry au départ du Danemark.

La campagne elle-même, baptisée « Grindstop 2014 », doit débuter dans le courant de la semaine.

Une partie des activistes est déjà sur place, et si les contacts avec les habitants sont la plupart du temps bons, les frictions existent, selon M. Cornelissen.

« Certaines de nos voitures sur place ont été vandalisées et recouvertes de sang de dauphin », affirme-t-il.

Sea Shepherd a augmenté ses moyens par rapport à ses précédentes campagnes aux îles Féroé : cette campagne sera plus longue et les vedettes, insubmersibles, ont été spécialement achetées pour l’occasion.

« En 2011, lors de notre dernière campagne, aucun dauphin n’a été tué », soutient Lamya Essemlali : « mais dès que nous avions quitté les îles Féroé, après un mois et demi de présence, les grinds ont repris ».

© AFP

Media Query: