Le combat pour l’Amazonie passe par la France pour le chef Raoni

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

chef raoni

Le chef de la tribu amazonienne Kayapo, Raoni Metuktire, militant pour les droits des indigènes lors d’une conférence de presse au musée du Quai Branly, à Paris, le 5 juin
© AFP François Guillot

Paris (AFP) – La Coupe de monde de football au Brésil ne doit pas faire oublier le sort de l’Amazonie, implorent le légendaire chef indien Raoni et son successeur, Megaron, dont le combat passe par la France, où ils ont accusé jeudi plusieurs entreprises de « détruire (leur) environnement ».

« Nous venons de très loin pour vous communiquer notre inquiétude », a déclaré Megaron Txucarramae, aux côtés de son oncle, Raoni Metuktire, 84 ans, dont le disque labial et la coiffe à plume ont été rendus célèbres dans le monde entier par le chanteur Sting il y a 25 ans, avec lequel il avait lancé un appel en faveur de la forêt amazonienne.

Les deux chefs indiens ont entamé cette nouvelle tournée de sensibilisation mardi à Paris et se rendront ensuite à Bruxelles, Londres, Monaco et Oslo.

« Ici, en France, il y a des entreprises qui sont en train de construire des barrages » sur trois rivières d’Amazonie, a déclaré Megaron.

« Nous posons alors la question au gouvernement français, au peuple français: comment pouvez-vous nous aider pour que ces entreprises ne détruisent pas notre environnement? La construction de ces barrages inondent des terres indiennes », a-t-il poursuivi.

L’ouvrage le plus contesté est le gigantesque barrage de Belo Monte, dont la mise en place entraînera l’inondation de 502 km2.

Même si leurs terres ne seront pas inondées, l’édification du barrage risque de changer le mode de vie des communautés indiennes voisines, qui ne pourront plus pêcher pour leur subsistance en raison de la dérivation des cours d’eau.

Alstom fournit des équipements destinés à Belo Monte. Interrogé par l’AFP, le groupe industriel a répondu que l’énergie hydroélectrique est une « source majeure de développement social et économique ».

Par ailleurs, « l’étude environnementale du projet a été réalisée avec sérieux et le projet bénéficie des dernières avancées technologiques: ainsi, la superficie initialement prévue du réservoir, qui était de 1.600 km² en 1989, a été réduite de 60%, limitant ainsi l’impact sur ​​l’environnement et sur ​​les communautés riveraines ».

De son côté, Gert-Peter Bruch, président de Planète Amazone, l’ONG qui organise la tournée des deux chefs indiens, a accusé GDF Suez d’avoir « construit un barrage désastreux sur le Rio Madeira ». Quant à « EDF, qui va aussi rentrer sur le marché des grands barrages, elle s’intéresse de très près au barrage de Teles Pires qui va se construire près de Sinop, juste à côté des territoires indigènes ».

EDF a assuré à l’AFP « mener des études sociales et environnementales » sur tous ses projets.

Durant la Coupe du monde, les citoyens du monde sont invités par Raoni  à « rejoindre symboliquement une équipe de soutien à la sauvegarde de l’Amazonie » en arborant des logos en forme de main verte  « SOS Amazonia » et rouge « Stop Belo Monte ».

© AFP

 

Media Query: