Les Berlinois ont aussi voté ce week-end – pour protéger le parc de Tempelhof

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Allemagne, Berlin : des militants fêtent le résultat du référendum sur le sort de l'ancien aéroport de Tempelhof. © AFP PHOTO / DPA / BERND VON JUTRCZENKA +++ GERMANY OUT +++

Allemagne, Berlin : des militants fêtent le résultat du référendum sur le sort de l’ancien aéroport de Tempelhof. © AFP PHOTO / DPA / BERND VON JUTRCZENKA

Les électeurs berlinois ont rejeté dimanche le projet d’aménagement de l’ex-aéroport de Tempelhof lors d’un référendum d’initiative populaire.

Construit par les nazis pendant la seconde guerre mondiale, l’aéroport de Tempelhof avait permis aux alliés de ravitailler les Berlinois pendant le blocus soviétique de 1948-1949. Fermé en 2009, Tempelhof avait été rouvert en 2010, offrant au grand public plus de 350 hectares de parc et jardins en plein cœur de la ville. Très apprécié des berlinois, il était fréquenté par beau temps par les familles, les joggeurs, les cyclistes…. Tout était matière à récupération, des blocs rouges et blancs qui servaient à organiser la circulation sur le tarmac aux anciennes pistes goudronnées, note Rue 89.

Les autorités berlinoises souhaitaient réduire l’étendue du parc afin d’y construire une bibliothèque et un ensemble immobilier pour résoudre la crise du logement dans la capitale allemande.

C’était sans compter sur la mobilisation citoyenne et l’initiative « 100 % Tempelhof ». L’initiative a d’abord réuni les 185 000 signatures nécessaire à l’organisation d’un référendum. S’en sont suivies une campagne et une proposition d’aménagement validée à près de 65 % par les votants. Séparément, la proposition d’aménagement du Sénat de Berlin a elle été repoussée à 59,5 %.

Le parc a donc été sauvé. La réaction du maire de Berlin ne s’est pas faite attendre « le référendum sur Tempelhof a accouché d’un résultat clair qui doit être accepté. Il est regrettable qu’un aménagement modéré, au service du logement, ne soit désormais plus possible mais c’est la voix des citoyens qui compte et ce vote ne doit pas être remis en question ».

Pendant ce temps, les militants ont laissé éclater leur joie sur le tarmac de l’ancien aéroport.

 

Media Query: