Australie Occidentale : les attaques de requins en baisse en 2013

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Australie, Perth : ce grand blanc mesurant plus de 5 mètres de long et photographié à Perth en juillet 2013 s’est coincé dans les filets de pêche de Gary Grint (Photo) alors qu’il pêché au large de la ville. © AFP PHOTO

Australie, Perth : ce grand blanc mesurant plus de 5 mètres de long et photographié à Perth en juillet 2013 s’est coincé dans les filets de pêche de Gary Grint (Photo) alors qu’il pêchait au large de la ville. © AFP PHOTO

Dix attaques de requins ont eu lieu l’an passé en Australie. Un chiffre plus faible que la moyenne de ces dix dernières années. Cette diminution  intervient avant même que le plan anti-requins ne soit mis en place, ce qui remet en cause sa pertinence, selon The Guardian. En effet, un plan d’élimination des squales vient d’être mise en place début 2014 au large de l’Australie Occidentale où ont eu lieues les dernières attaques.

Un peu plus de 12 attaques de requin ont eu lieu en moyenne chaque année au cours des dix dernières années en Australie. De ces attaques, 1,4 en moyenne ont été fatales. En 2013, seul 10 attaques ont eu lieu dont 2 ont été fatales. C’est le nombre d’attaques le plus bas depuis 2008.

Or, depuis le mois de janvier, les autorités d’Australie Occidentale ont autorisé la chasse aux requins dans les zones proches du littoral. Une mesure prise suite à deux attaques mortelles qui ont eu lieu en novembre au large du territoire. Tous les requins – grand blanc, bouledogue ou tigre – de plus de 3 mètres capturés à moins d’un kilomètre des côtes sont désormais abattus. L’objectif de ce plan étant de prévenir de potentiels attaques dans cette région fréquentée en saison estivale.

Le plan est contesté par de nombreuses associations de protection de la nature et par les Australiens eux-mêmes. Car, comme le rappelle George Burgess qui tient le fichier international des attaques de requin pour l’Université de Floride, « même si l’on fait abstraction du fait que ces animaux sont menacés, cette réaction archaïque ne correspond à rien d’autre qu’à une revanche. Chasser les requins après la mort d’une victime n’est pas la solution ». Soixante six requins ont déjà été péchés depuis le début du plan d’élimination. Soixante trois étaient des requins tigres, 2 des requins mako et le dernier un requin pointe noire.

 

 

Media Query: