Pour EDF, de nouvelles centrales nucléaires inévitables en France

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

nouvelles centrales nucléaires

Le PDG d’EDF Henri Proglio le 13 février 2014 à Paris
© AFP Patrick Kovarik

Paris (AFP) – La construction de nouvelles centrales nucléaires sera inévitable en France, pour remplacer les infrastructures existantes, car l’atome conservera une part importante de la production électrique française, a indiqué jeudi le PDG d’EDF, Henri Proglio.

« L’Etat français (…) a décidé que le nucléaire devait faire partie du mix énergétique pour encore longtemps », a déclaré M. Proglio à la presse, en marge de la présentation des résultats annuels du géant français de l’électricité.

Le gouvernement s’est engagé à réduire de 75% à 50% la part de l’énergie nucléaire dans la production électrique française à l’horizon 2025, et à plafonner le niveau actuel la capacité de production nucléaire.

« Que dans ces conditions-là, la conclusion soit que, quelle que soit la durée de vie des centrales il faudra bien les remplacer, parce que pour pouvoir continuer à produire de l’énergie électronucléaire, il faut un outil de production, me paraît aller de soi », a ajouté M. Proglio.

Quant à la fermeture de plusieurs centrales vieillissantes pour les remplacer par des réacteurs EPR de troisième génération, un scénario étudié par l’Elysée selon des informations de presse, M. Proglio a dit n’avoir « rien à dire sur les scenarii qui peuvent être envisagés ici ou là ».

« Nous échangeons bien entendu avec les pouvoirs publics. Mais en fin de parcours, c’est aux pouvoirs publics qu’il appartient de définir la politique énergétique du pays, et il appartient à EDF de gérer son patrimoine et son outil industriels. Cela se fait de manière naturelle et concertée », a-t-il commenté.

Le groupe est détenu à plus de 84% par l’Etat français, qui n’a pas l’intention de s’en désengager, a dit jeudi le Premier ministre Jean-Marc Ayrault à la radio Europe 1.

A plus court terme, EDF souhaite allonger la durée de vie de ses centrales au-delà de 40 ans, et a prévu à cette fin un plan d’investissement de 55 milliards d’euros d’ici à 2025.

« On a un programme très important de modernisation du parc existant qui ne peut se concrétiser que dans la perspective d’une durée de vie qui permet d’amortir cet investissement », a fait valoir M. Proglio.

© AFP

Media Query: