Les surfaces cultivées transgéniques continuent d’augmenter dans le monde

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

transgéniques

Des militants anti-OGM, manifestent, le 26 août 2009, devant l’entrée du centre de recherche du semencier Pioneer à Montech, pour protester contre le développement des « OGM cachés » et demander à Pioneer de renoncer à commercialiser l’an prochain un tournesol résistant aux herbicides baptisé « Expressun ». © AFP PHOTO / PASCAL PAVANI

Les surfaces agricoles sur lesquelles poussent des cultures OGM ont progressé de 3 % dans le monde en 2013. Elles se trouvent dans 27 pays et concernent 18 millions de fermiers. En tout, ce sont 175 millions d’hectares de champs OGM qui sont exploités dans le monde. Les États-Unis, le Brésil, l’Argentine, l’Inde et le Canada sont les 5 plus gros cultivateurs d’OGM. Et ceette année, le Bangladesh, l’Indonésie et le Panama sont entrés dans le club des pays qui autorisent des cultures transgéniques. Depuis 1996, la superficie des cultures OGM a ainsi été multipliée par 100. De plus, 2013 a été marquée par l’introduction de semences transgéniques adaptées aux sécheresses.

Des cultures transgéniques  présentes partout

Une grande partie des plantations OGM concerne le coton. Et la grande majorité des agriculteurs, 90 % soit 16,5 millions de personnes, qui recourent aux OGM sont des petits exploitants pauvres, selon le dernier rapport de l’ISAA (International Service for the Acquisition of Agri-biotech Applications, qui est proche des industriels des OGM) sur le sujet. Malgré cette croissance des OGM dans le monde, ces derniers continuent de susciter la méfiance d’une partie de l’opinion. L’autorisation donnée par l’Europe cette semaine à l’introduction d’un nouveau maïs OGM  a relancé le débat sur le sujetsur le continent. Aux États-Unis, les citoyens sont de plus en plus nombreux à demander l’étiquetage de la présence d’OGM dans l’alimentation.

 

Media Query: