Sea Shepherd: Tokyo demande à La Haye des « actions concrètes » après une collision

Publié le : Last updated:

L'organisation écologiste Sea Shepherd a accusé dimanche les baleiniers japonais d'avoir volontairement percuté l'un de ses navires dans l'océan Austral lors d'une confrontation "agressive" et "non provoquée". © AFP/Archives William West

L’organisation écologiste Sea Shepherd a accusé dimanche les baleiniers japonais d’avoir volontairement percuté l’un de ses navires dans l’océan Austral lors d’une confrontation « agressive » et « non provoquée ».
© AFP/Archives William West

Tokyo (AFP) – Le Japon a demandé lundi au gouvernement néerlandais de prendre des « mesures concrètes » contre le navire de l’organisation Sea Shepherd, immatriculé aux Pays-Bas, qui a percuté dimanche un baleinier japonais dans l’océan Austral.

Le navire écologiste Bob Barker et le navire-harponneur de la flotte japonaise, le Yushin Maru N°2, se sont percutés, chaque camp accusant l’autre de l’avoir fait intentionnellement.

Sea Shepherd a affirmé dimanche que « le Bob Barker a été heurté par le navire-harponneur de la flotte japonaise, le Yushin Maru N°2, au moment où le navire-harponneur a coupé la ligne devant la proue du navire de Sea Shepherd » pour l’empêcher d’approcher le navire-usine Nisshin Maru.

Lundi, le secrétaire général du gouvernement japonais, Yoshihide Suga, a accusé l’organisation de Paul Watson d’être responsable de cet incident « impardonnable », ajoutant que cet « acte de sabotage était extrêmement dangereux ».

« Nous demandons donc au gouvernement des Pays-Bas, où le bateau est immatriculé, de prendre des mesures concrètes », a-t-il poursuivi.

Selon Sea Shepherd, les marins japonais ont essayé d’endommager les hélices de ses navires avec des câbles en acier. Ils ont jeté des projectiles sur l’un de ces bateaux, le Steve Irwin, y compris des grappins, et harcelé l’équipage du Bob Barker au canon à eau.

La confrontation n’a pas fait de blessé mais « les baleiniers ont été plus agressifs que jamais », selon le capitaine du Bob Parker, Peter Hammarstedt.

Un porte-parole de l’Agence japonaise des pêches a confirmé l’incident dimanche.

« Nous avons été informés de dégâts sur la poupe et la coque. Les activistes ont aussi lancé une corde sur le Yushin Maru N°1. Cette corde est désormais enroulée autour de l’hélice », a-t-il déclaré à l’AFP, démentant que les navires japonais aient mené une attaque coordonnée contre le Bob Barker.

Depuis l’été 2013, l’Australie a assigné le Japon devant la Cour Internationale de Justice à La Haye, plus haute instance judiciaire des Nations unies, pour contraindre le Japon à arrêter la pêche à la baleine néo-zélandaises.

Canberra avait saisi la CIJ en 2010, estimant que le Japon viole ses obligations internationales en harponnant chaque année des centaines de baleines dans l’océan Austral dans le cadre de son programme de recherche scientifique Jarpa II.

Suite à l’incident du week-end, le ministre australien de l’environnement Greg Hunt a souligné qu’il s’était produit dans des eaux néo-zélandaises et lancé un avertissement aux deux parties: « personne ne peut jouer avec la sécurité, on ne peut pas faire n’importe quoi dans des eaux internationales. Tout le monde doit se conformer à la loi ».

La Commission baleinière internationale (CBI) proscrit toute chasse commerciale en vertu d’un moratoire de 1986, et Canberra estime que le Japon détourne un article du moratoire autorisant la chasse à des fins de recherche scientifique.

La chair des cétacés finit de fait sur les étals nippons, et le Japon ne s’en cache pas, lui pour qui la chasse à la baleine est une tradition culturelle ancestrale. Seules la Norvège et l’Islande continuent la chasse commerciale malgré le moratoire.

Media Query: