La Scapêche (Intermarché) s’engage à limiter la pêche profonde

Publié le : Last updated:

La Scapêche (Intermarché), premier armateur français de pêche, a pris l'engagement de ne plus aller, d'ici début 2015, au delà de 800 mètres de profondeur, une décision saluée vendredi par les ONG qui dénoncent l'impact de cette pratique sur la biodiversité des océans. © AFP/Archives Boris Horvat

La Scapêche (Intermarché), premier armateur français de pêche, a pris l’engagement de ne plus aller, d’ici début 2015, au delà de 800 mètres de profondeur, une décision saluée vendredi par les ONG qui dénoncent l’impact de cette pratique sur la biodiversité des océans.
© AFP/Archives Boris Horvat

Paris (AFP) – La Scapêche (Intermarché), premier armateur français de pêche, a pris l’engagement de ne plus aller, d’ici début 2015, au delà de 800 mètres de profondeur, une décision saluée vendredi par les ONG qui dénoncent l’impact de cette pratique sur la biodiversité des océans.

« A l’issue de plusieurs semaines de discussions (…) la Scapêche s’est engagée à arrêter d’ici début 2015 de pêcher avec des chaluts de fond au-delà de 800 mètres de profondeur », saluent dans un communiqué les ONG Bloom, WWF et Deep Sea Conservation Coalition.

« C’est une bonne nouvelle pour la biodiversité, même si 800 mètres est encore trop profond par rapport à la vulnérabilité des espèces et des milieux océaniques », a commenté Philippe Germa, directeur du WWF France.

Sur son site, la Scapêche indique avoir pris « plusieurs engagements dont le plus important est de ne plus pêcher en dessous d’une profondeur de 800 m ». « Cette démarche volontaire va au-delà des objectifs du règlement sur la pêche voté par le Parlement (européen) en décembre », ajoute l’armateur.

« Cesser les pratiques de pêche destructrices en profondeur »

Greenpeace a également salué « un pas en avant » dans ce dossier qui fait l’objet de discussions à Bruxelles depuis près de trois ans. « La décision de la Scapêche d’arrêter de chaluter en dessous de 800 mètres de profondeur d’ici à 2015 va dans le bon sens », a réagi l’organisation. « Cependant, une limite à 600 mètres permettrait de mettre fin à l’exploitation des écosystèmes profonds les plus vulnérables », a estimé Hélène Bourges de Greenpeace.

Pour Claire Nouvian, porte-parole de Bloom, « l’encagement de la Scapêche prouve qu’ils ont entendu la demande des citoyens de cesser les pratiques de pêche destructrices en grande profondeur ».

Bloom et les autres ONG militent pour une interdiction de la pêche au delà de 600 mètres de profondeur. La Commission européenne avait fait une proposition dans ce sens en juillet 2012, mais le dossier a ensuite mis du temps à faire l’objet d’un vote par les parlementaires, notamment en raison de pressions de la France et de l’Espagne.

Le 10 décembre dernier, le Parlement a rejeté l’interdiction et choisi d’encadrer davantage cette activité pratiquée entre 400 et 1.500 mètres, principalement au large de l’Ecosse et de l’Irlande.

La pêche profonde ne représente que 1,5% des prises dans les eaux européennes, mais la Scapêche est l’un des principaux armateurs pratiquant cette activité. Six de ses 18 chalutiers sont dévolus à la pêche d’espèces profondes commes l’ empereur, le grenadier, le sabre, ou la lingue bleue.

Media Query: