Ondes électromagnétiques: le gouvernement vante un texte « équilibré »

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

ondes électomagntiques

Le ministre de l’Ecologie Philippe Martin, le 22 janvier 2014 à l’Assemblée nationale à Paris
© AFP Thomas Samson

Paris (AFP) – Le ministre de l’Ecologie Philippe Martin et la ministre déléguée à l’Economie numérique Fleur Pellerin ont vanté jeudi à l’Assemblée l' »équilibre » et le « compromis » de la proposition de loi sur les ondes électromagnétiques défendue par les écologistes, insistant sur la nécessité de « concilier » industrie et environnement.

La proposition visant à limiter l’exposition aux ondes est une nouvelle mouture d’un texte déposé lors de la précédente « niche » parlementaire écologiste il y a un an. Le renvoi en commission de leur texte initial à l’initiative des députés socialistes avait à l’époque déclenché l’ire des écologistes, qui avaient reproché au gouvernement d’avoir cédé aux « lobbies ».

Saluant l’initiative écologiste et un « compromis constructif » après des modifications en commission, M. Martin a insisté sur l’idée de « concilier plutôt que d’opposer dimensions industrielles et environnementales » et sur l' »équilibre nécessaire entre développement des nouvelles technologies et légitime attente de ne pas être exposés aux ondes plus que de nécessaire ».

« C’est une première réponse », a estimé le ministre de l’Ecologie, après avoir évoqué les conclusions de divers rapports rendus depuis un an.

Il a également souhaité que la proposition de loi soit « améliorée encore », lors du débat dans l’hémicycle, notamment sur les projets d’installation d’antennes-relais.

Evoquant pour sa part « l’aboutissement d’un long travail collectif », notamment sur la définition du principe de « modération » de l’exposition, Mme Pellerin a assuré du « soutien plein » du gouvernement à un texte ayant « la rédaction la plus ambitieuse et la plus sécurisée juridiquement ».

Pour la ministre, soucieuse de « ne pas freiner le progrès technologique ni l’investissement mais de donner toutes les chances à leur bonne acceptabilité », la proposition est parvenue « au bon équilibre ».

« L’équilibre ne veut pas dire qu’elle ne porte pas une réelle ambition », a-t-elle tenu à assurer, un an après ses mises en garde contre les « peurs irrationnelles » liées aux ondes.

La rapporteure écologiste Laurence Abeille, qui a souligné que « nous avons désormais toutes les cartes en main » pour légiférer, notant aussi que « de nombreux pays européens appliquent des seuils plus restrictifs », a défendu une proposition « d’équilibre et de bon sens ».

Elle a cependant rappelé son désaccord avec le gouvernement sur le wifi, que « certains considèrent comme relativement inoffensif, ce qui est loin d’être certain », le jugeant « totalement inutile dans les crèches et aussi inutile dans les maternelles ».

© AFP

Media Query: