Saisie de bois illégal dans le port de Caen

Publié le : Last updated:

Caen, France : des militants de l’ONG Greenpeace se dresse devant une cargaison de bois illégal dans le port de Caen en janvier 2014. © AFP PHOTO KENZO TRIBOUILLARD

Caen, France : des militants de l’ONG Greenpeace se dresse devant une cargaison de bois illégal dans le port de Caen en janvier 2014. © AFP PHOTO KENZO TRIBOUILLARD

Voulant dénoncer l’importation de bois illégal sur le territoire français, l’ONG Greenpeace a mené une action ce jeudi dans le port de Caen pour saisir une cargaison en provenance du Congo.

Les militants sont entrés par effraction dans le port avant de saisir une partie de la cargaison qu’ils ont chargée sur leur camion. Ils ont été arrêtés alors qu’ils tentaient de quitter le port. Les militants voulaient acheminer cette cargaison devant le ministère de l’agriculture pour dénoncer la présence de ce bois sur le territoire et les défaillances des systèmes de contrôles administratifs en vigueur.

Cette action intervient alors que le gouvernement s’apprête à discuter le projet de loi d’avenir de l’agriculture du pays, note Le Monde. Entre 20 % et 40 % du commerce de bois international est d’origine illégale. Pour protéger les forêts, l’Union Européenne a renforcé sa législation en mars 2013. La France doit encore transposer cette réglementation.  Dorénavant, si les entreprises qui importent du bois ne sont pas en mesure de démontrer la provenance légale de leur marchandise, elles risqueront jusqu’à 100 000 euros d’amende et deux ans d’emprisonnement. Pour le ministère, « l’objectif n’est pas de courir après chaque morceau de bois illégal », mais de « s’assurer que les entreprises font ce qu’il faut pour assainir leurs approvisionnements et disposent pour cela de bonnes chaines de traçabilité ».

Media Query: