Fukushima: Tepco entame un 2e retrait de combustible de la piscine 4

Publié le : Last updated:

Photo fournie par la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco) le 22 novembre 2013 montrant des techniciens en train d'extraire des assemblages de combustible de la piscine du réacteur 4 de la centrale de Fukushima © Tepco/AFP/Archives

Photo fournie par la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco) le 22 novembre 2013 montrant des techniciens en train d’extraire des assemblages de combustible de la piscine du réacteur 4 de la centrale de Fukushima
© Tepco/AFP/Archives

Tokyo (AFP) – L’opérateur de la centrale accidentée de Fukushima a annoncé mardi avoir débuté les opérations pour effectuer un deuxième retrait d’assemblages de combustible nucléaire de la piscine du réacteur 4.

Cette fois, la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco) a précisé dans un courriel qu’elle allait retirer du combustible usé, ce qui rend la tâche encore plus délicate car il est plus radioactif que celui, neuf, extrait la première fois.

Tepco avait effectué sans problème du 18 au 22 novembre une première extraction de 22 assemblages de combustible neuf, sur les 1.533 (dont 202 neufs) à transférer de la piscine 4 à une bassin dit commun, bien plus sûr.

« Nous allons agir de la même façon que la première fois, mais avec une extrême précaution car le combustible usé est plus sensible », a expliqué Tepco à la presse.

Mardi matin, la compagnie a plongé dans la piscine 4 un conteneur cylindrique de 5,5 mètres de haut et 2,1 de diamètre.

Par la suite, elle devait commencer à y transférer un à un 22 assemblages de combustible usé (contenance maximum de ce récipient), le tout grâce à une grue et des équipements télécommandés qui permettent de réaliser ces manipulations difficiles en laissant les assemblages en permanence immergés.

Retirer des assemblages de combustible d’une piscine de désactivation est une tâche courante dans les centrales nucléaires et Tepco l’a fait quelque 1.200 fois en quatre décennies d’exploitation de réacteurs, mais c’est la première fois qu’une telle opération est réalisée dans un environnement accidenté où les techniciens doivent œuvrer en combinaisons de protection et porter des masques intégraux pour se protéger de la radioactivité.

Il s’agit en outre de la plus délicate opération depuis la stabilisation du site en décembre 2011, six mois après le tsunami qui l’avait ravagé. « Ce retrait ouvre un nouveau chapitre important dans notre tâche de démantèlement », qui doit durer 40 ans, a commenté le PDG de Tepco, Naomi Hirose.

© AFP

Media Query: