Des mouches OGM pour sauver les olives

Publié le : Last updated:

mouches

Plantation d’oliviers près de Séville, Andalousie, Espagne (37°22’ N – 6°05’ O). © Yann Arthus-Bertrand/Altitude

Des mouches transgéniques pourraient bientôt  servir à lutter contre les dommages causés par d’autres mouches dans les cultures d’olives d’Europe. Pour lutter contre un ravageur des cultures d’oliviers, la mouche de l’olive, une entreprise a en effet développé une version génétiquement modifiée de l’insecte. La version OGM du mâle de la mouche est équipée d’un gêne empêchant la perpétuation de l’espèce. Ce gêne doit entrainer la mort des femelles nées de la reproduction entre un  mâle  OGM et une femelle dans la nature.

Des mouches OGM au secours des oliviers

L’entreprise britannique Oxitec vient ainsi de déposer une demande d’autorisation pour effectuer des expérimentations en champs de cette technologie, rapporte la BBC le 20 novembre. Selon le site anglais, c’est la première fois qu’une entreprise dépose demande à tester l’introduction d’un insecte génétiquement modifiée dans des cultures.  Les tests, si l’autorisation est accordée par les autorités espagnoles, auront lieu en Espagne dans des oliviers recouverts de filets pour éviter la fuite des mouches OGM.

Craintes autours de ces essais transgéniques

Cette expérimentation fait craindre un risque de contamination. Helen Wallace de l’ONG Genewatch, dont la mission est de surveiller l’usage des OGM, explique ses craintes : « nous ne pensons pas que cette technologie soit très efficace. Ces mouches ne sont pas stériles Elles vont produire une descendance. Et les descendantes sont programmées pour mourir au stade larvaire, ce qui signifie qu’il restera encore beaucoup d’asticots OGM dans ces olives. »

Les mouches transgéniques, une alternative aux pesticides

Co-fondateur et responsables scientifique chez Oxitec, Dr Luke Alphey justifie ce choix technologique  «  la mouche de l’olive est le principal ravageur des cultures d’olives. Dans une mauvaise année, vous pouvez perdre une récolte entière. Et il s’agit d’un ravageur très difficile à contrôler. Il a été traité avec des insecticides mais face auquel il y  a désormais de nombreuses résistances ».

En Europe, près de 5 millions d’hectares d’olives sont cultivées. Ce n’est pas la première fois que l’idée de modifier génétiquement des insectes trouve une application puisque de telles technologies sont déjà expérimentes dans le cadre de la lutte contre le paludisme, par exemple : sur le même principe, des moustiques sont modifiés génétiquement pour faire en sorte que leur descendance ne soit pas viable.

Media Query: