Une vingtaine d’intellectuels réclame le changement de statut des animaux

Publié le : Last updated:

statut des aniimaux

Jean-François Legueulle, délégué de la fondation 30 Millions d’amis, à Peyrat-le-Château (Haute-Vienne), le 17 décembre 2010
© AFP/Archives Pascal Lachenaud

Paris (AFP) – Un vingtaine d’intellectuels, philosophes, écrivains, historiens et scientifiques français réclament, dans un manifeste rendu public jeudi sur le site de la Fondation 30 Millions d’Amis, un changement du statut des animaux dans le code civil.

Parmi les 24 signataires, figurent les philosophes Michel Onfray et Luc Ferry, l’écrivain Erik Orsenna, de l’Académie française, l’astrophysicien Hubert Reeves, président de Humanité et Biodiversité, et Matthieu Ricard, moine bouddhiste et docteur en génétique cellulaire.

Le Code civil, dans son article 528, considère les animaux comme des biens meubles.

Le texte du manifeste  revendique « une évolution du régime juridique de l’animal dans le code civil reconnaissant sa nature d’être sensible ». Les signataires demandent « que les animaux bénéficient d’un régime juridique conforme à leur nature d’êtres vivants et sensibles (…) et qu’une catégorie propre leur soit aménagée dans le code civil entre les personnes et les biens ».

« Ce texte est publié sous l’égide de la Fondation car c’est un sujet fort sur lequel on a déjà pris position à plusieurs reprises »,  a dit  à l’AFP Jean-François Legueulle, délégué général de la Fondation 30 Millions d’Amis.

« Il faut que le code civil évolue et que soit créée une catégorie propre aux animaux, entre les personnes et les biens », a-t-il ajouté.

Selon les défenseurs des bêtes, cette proposition a reçu le soutien de plus de 250.000 Français, signataires d’une pétition lancée il y a un an et toujours active.

© AFP

Pour aller plus loin :
en savoir plus sur la souffrance animale

Les animaux ne sont pas des objets
 Edito de Blako sur les droits des animaux - Canal + - 27 juillet 2013

En France, le droit des animaux dépend des circonstances. Et il ne prend pas toujours en compte la souffrance. Ainsi, le droit n’est pas le même pour un animal domestique que pour un animal sauvage.

Source: L214
Media Query: