Maldives : les raies mantas n’ont pas assez d’énergie pour se reproduire

Publié le : Last updated:

Bora Bora, Polynésie Française : des raies mantas nagent près des côtes de Bora Bora. © AFP PHOTO VALERIE MACON

Bora Bora, Polynésie Française : des raies mantas nagent près des côtes de Bora Bora. © AFP PHOTO VALERIE MACON

La baisse des courants aériens au dessus des îles Maldives, observée ces quatre dernières années, est à l’origine d’une chute du nombre de naissances de raies mantas dans la région.

Jusqu’à présent les populations de raies mantas dans les îles Maldives semblaient avoir été préservées de la surpêche et des menaces anthropiques. Mais depuis 2009, Guy Stephens, de l’association Manta Trust, a observé une chute du nombre de naissances. « En général, plus de 30% des femelles attendent un petit chaque année. En 2009, elles ont tout simplement arrêté de se reproduire », note t-il auprès de The Guardian. Et de se demander : « est-ce une étape d’un cycle naturel  ou sommes-nous face à un changement beaucoup plus drastique lié au changement climatique ? ».

Selon lui, ce changement ne fait pas partie d’un cycle naturel. La mousson change et les pêcheurs qui ont une longue expérience de la mer en sont les premiers témoins, note The Guardian. Les courants aériens remuent les eaux et participent à la propagation des nutriments et donc aux blooms (phases de prolifération) de plancton. Avec la baisse des courants aériens, le plancton se fait moins présent et les raies manta manquent de nourriture. Selon Stephens, les raies manta choisiraient de ne pas se reproduire lorsque la nourriture n’est pas disponible. Les raies manta ne donnent en effet naissance qu’à un petit tous les 2 ou 3 ans. Elles doivent donc s’assurer que l’investissement énergétique qu’implique une incubation sera récompensé par la naissance d’un petit.

Cette année, une demi-douzaines de femelles sont en période d’incubation contre 200 habituellement. Un peu plus qu’en 2009. Mais un maigre espoir pour Guy Stephens qui craint l’impact du changement climatique sur les populations de la région.

Media Query: