Nucléaire: des méduses arrêtent un réacteur en Suède pendant trois jours

Publié le : Last updated:

Vue de la centrale d'Oskarshamn, sur la côte suédoise de la mer Baltique © SCANPIX SWEDEN/AFP/Archives Paul Madej

Vue de la centrale d’Oskarshamn, sur la côte suédoise de la mer Baltique
© SCANPIX SWEDEN/AFP/Archives Paul Madej

Stockholm (AFP) – Un réacteur nucléaire suédois a redémarré mercredi matin après trois jours d’arrêt causés par l’accumulation de méduses dans un circuit de refroidissement, a indiqué l’exploitant.

L’incident s’est produit sur le réacteur 3 de la centrale d’Oskarshamn, sur la côte de la mer Baltique. Il n’a pas eu de répercussion sur les consommateurs ni la sécurité.

OKG, filiale de l’allemand EON qui exploite cette centrale, avait annoncé qu’il avait dû arrêter ce réacteur de manière préventive dimanche « à cause de la présence d’un nombre important de méduses dans la prise d’eau de refroidissement ».

« La production a repris », a indiqué l’entreprise mercredi dans un communiqué.

Les méduses ont causé des dégâts dans un mécanisme chargé de filtrer l’eau de mer, forçant OKG à en remplacer certaines parties et à nettoyer les canalisations avec de l’eau à haute pression, a expliqué à l’AFP une porte-parole, Emmy Davidsson.

Elle n’a pas pu préciser combien de méduses avaient envahi les circuits de la centrale. « C’est le nombre le plus important que nous ayons jamais vu. Ce n’est pas commun. Tous les automnes nous devons nous débarrasser de méduses, mais pas autant », a-t-elle expliqué.

Oskarshamn 3 est le réacteur le plus puissant du pays, avec 1400 MW.

Ce type d’incident est déjà arrivé dans d’autres centrales en bord de mer, comme celle de Torness en Écosse en 2011.

La pollution, le réchauffement des eaux et la réduction de la biodiversité marine, autant de problèmes qui touchent particulièrement la Baltique, sont cités par les scientifiques comme des facteurs favorisant la prolifération des méduses.

© AFP

 

Media Query: