Changement climatique: « un précipice », selon Fabius

Publié le : Last updated:

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius à Paris le 30 septembre 2013 © AFP Fred Dufour

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius à Paris le 30 septembre 2013
© AFP Fred Dufour

Paris (AFP) – Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a comparé lundi le « grand dérèglement climatique » à un « précipice » et son collègue de l’Ecologie Philippe Martin y a vu une « vraie urgence » au moment où Paris s’apprête à accueillir en 2015 la grande conférence annuelle de l’ONU sur cette question.

Si la communauté internationale ne se mobilise pas pour parvenir à un accord en 2015 à Paris, ce « précipice (…) s’ouvrira sous nos pas », a déclaré M. Fabius à Paris. IL s’exprimait dans un colloque sur le dernier état des lieux du changement climatique, rendu public par les experts du Giec en fin de semaine dernière à Stockholm.

« Nous pouvons encore l’éviter, mais si nous restons inertes ou insuffisamment actifs, le précipice s’ouvrira sous nos pas », a-t-il dit.

« Il y a une vraie urgence », a déclaré pour sa part Philippe Martin, à l’issue de la réception du président du Giec, Rajendra Pachauri, et de plusieurs autres scientifiques venus remettre leur rapport à François Hollande à l’Elysée.

Affirmant que s’il y avait « consensus sur les problèmes », il était de plus en plus difficile de « faire consensus sur les solutions qu’il faut apporter », le ministre de l’Ecologie a estimé qu’il fallait désormais faire partager les conclusions du Giec « par les chefs d’Etat et les opinions publiques ».

Parlant d’une « montée en puissance » lors des prochains sommets de Varsovie à la fin de l’année et de Lima, l’an prochain, il a estimé que « toute une série d’étapes » devaient encore être franchies avant de « parvenir à un accord universel et contraignant » fin 2015.

Paris entend accueillir cette année-là la conférence annuelle de l’ONU sur la lutte contre le changement climatique. Sa candidature, selon un communiqué de l’Elysée, « sera entérinée officiellement à la conférence de Varsovie en novembre prochain ».

La communauté internationale s’est donné comme objectif de parvenir à un accord ambitieux, contraignant et global sur les limitations de gaz à effet de serre (GES) afin de contenir le réchauffement du globe à 2°C.

Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), en cas d’inaction sur les rejets de gaz à effet de serre, le thermomètre mondial pourrait encore augmenter de près de 5°C d’ici la fin du siècle.

« Paris Climat 2015 ne doit pas être une réunion pour essayer, ce doit être une réunion pour décider », a dit M. Fabius, pour qui la « difficulté de la tâche (était) extrêmement grande ».

« La crise économique ne facilite pas la prise en compte du long terme » et la « croissance des classes moyennes partout dans le monde et notamment dans les pays émergents entraîne mécaniquement une hausse de la consommation d’énergie », a-t-il ajouté. Il s’est réjoui « des éléments encourageants « comme la « détermination » du président américain Barack Obama.

Le rendez-vous climat annuel de la communauté internationale se déroulera du 11 au 22 novembre à Varsovie. L’échéance « sera décisive pour poser les bases du futur accord ». Il devra être « universel, ambitieux et comportant des engagements de réduction d’émissions », a dit M. Fabius.

© AFP

 

Media Query: