La Réunion : baleines en vue !

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 4 minutes  

Observation de baleines au large des côtes réunionnaise en juillet 2013. © Globice

Observation de baleines au large des côtes réunionnaise en juillet 2013. © Globice

Appareils photos à la main, les adhérents de l’association Globice mitraillent les baleines à bosse qu’ils croisent au large des côtes réunionnaises. Dans leur objectif, les nageoires dorsales et caudales des cétacées qui permettront au scientifique de l’association d’identifier les animaux et d’étudier leur présence au large de l’île.

Selon Laurent Mouysset, responsable administratif et sensibilisation chez Globice, ce n’est que depuis la fin de l’année 2007 que les baleines sont de nouveau présentes en nombre à La Réunion. Jusqu’à la fin des années 80, la chasse à la baleine avait en effet réduit les stocks dans l’Océan Indien et les baleines avaient déserté l’île pour se regrouper au large de Madagascar où les probabilités de rencontre et de reproduction étaient plus élevées. Depuis le moratoire sur la chasse à la baleine en 1986, les stocks de baleines dans l’océan indien se rétablissent. Les côtes malgaches seraient devenues surpeuplé et les baleines auraient recolonisé les sites délaissés par le passé, en commençant par La Réunion. C’est ainsi qu’à la fin 2007, les baleines auraient fait leur réapparition en masse au large des côtes réunionnaises.

Observation de baleines au large des côtes réunionnaises en juillet 2013. © Globice

Observation de baleines au large des côtes réunionnaises en juillet 2013. © Globice

Depuis, les 200 adhérents que comptent Globice participent bénévolement aux recherches scientifiques et aux projets de sensibilisation menés par l’association. Grâce à leurs observations, les bénévoles participent notamment au recensement des individus présents au large des côtes. Au total, 21 espèces de dauphins et de baleines ont été recensées. Pour les baleines, le pic d’observation a eu lieu en 2008 passant d’une petite dizaine d’observations par an a plus de 120 en 2012. Venues pour se reproduire ou pour mettre bas, les baleines resteraient quelques semaines dans les eaux chaudes de La Réunion avant de repartir vers le sud.

Si la théorie de la recolonisation des sites privilégiés s’avérait correcte, les baleines devraient commencer à repeupler les eaux de l’île Maurice dans les années à venir, prochain site privilégié après La Réunion. Pour s’en assurait et pour suivre les déplacements des baleines une fois parties des côtes réunionnaises, l’association a procédé en août 2013 à la mise en place de balises gps sur quinze individus. Les résultats définitifs ne sont pas encore connus mais les premiers relevés montrent que nombreuses sont les baleines et leur petit qui repartent encore directement vers les côtes malgaches 1 à 2 semaines seulement après leur arrivée à La Réunion et la naissance des petits. Maurice devra donc attendre quelques années de plus avant de les voir arrivée elle aussi.

La Réunion: des bénévoles de l'association Globice lors d'une sortie en mer pour identifier les baleines au large des côtes réunionnaise.

La Réunion: des bénévoles de l’association Globice lors d’une sortie en mer pour identifier les baleines au large des côtes réunionnaise.

En attendant les conclusions de cette étude, Véronique, Jean-Marc, Fabien, Catherine, Inès et Gérard, tous adhérents de l’association continuent leurs relevés en mer. En recherche d’emploi, actif ou à la retraite et moyennant une participation de 8 à 10€ par sortie, tous sont réunis cette après-midi par passion des océans. Véronique à la barre et Catherine aux relevés GPS, le groupe suit un protocole scientifique d’approche (l’association a d’ailleurs publié et distribué aux professionnels de la mer une charte à ce sujet), d’observation et d’identification. Au total une quinzaine de baleines seront observées au cours de la sortie. Principalement des mères et leur petit. Observations furtives ou plus longues l’important est de pouvoir photographier la nageoire dorsale ou caudale de l’animal. Sorte d’empreinte digitale, ces dorsales sont unique à chaque animal et permettent de l’identifier. Grace à ces observations, l’association a pu mettre en place un catalogue d’identification pour suivre les populations au large de l’île. Une belle journée pour le petit groupe de bénévoles qui a permis l’identification de 4 baleines au moins et l’observation de nombreuses autres.

Roxanne Crossley, envoyée spéciale à La Réunion.

Media Query: