Les réunionnais marchent pour leur île

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 3 minutes  

Les Makes, La Réunion. Jackson Richardson au départ du pandathlon dimanche 8 septembre 2013. A sa gauche Didier Robert, Président du Conseil Régional de la Réunion. Devant eux la mascotte du WWF co-organisateur de l'événement.

Les Makes, La Réunion. Jackson Richardson au départ du pandathlon dimanche 8 septembre 2013. A sa gauche Didier Robert, Président de la Région Réunion. Devant eux la mascotte du WWF co-organisateur de l’événement.

2 000 personnes ont pris le départ du pandathlon ce matin dans les hauts de Saint-Louis à la Réunion. Un événement sportif et convivial pour sensibiliser et mobiliser les habitants de l’île à la protection de leurs ressources naturelles.

Le départ a été donné en présence de Jackson Richardson, parrain de cette 2è édition à la Réunion. Plusieurs épreuves été ouvertes aux grands publiques, 30km, 22km, 9km et 5km pour les plus petits.

Né d’un partenariat entre le WWF et la région, le pandathlon de la Réunion a pour objectif de rassembler les habitants de l’île et de les sensibiliser aux thématiques du développement durable et de la protection des ressources. C’est donc en famille ou entre amis que la plupart des participants sont venus découvrir le cœur du Parc National de la Réunion. A la clef, une vue imprenable sur le cirque de Cilaos, classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Les Makes, La Réunion. Des participants au pandathlon 2013 de La Réunion admire la vue imprenable sur le cirque de Cilaos en plein parcours. © David CSC/RégionRéunion

Les Makes, La Réunion. Des participants au pandathlon 2013 de La Réunion admirent la vue imprenable sur le cirque de Cilaos en plein parcours. © David CSC/RégionRéunion

Pour Eric, venu avec sa femme et ses enfants, « c’est surtout l’occasion d’une sortie en famille qui ait du sens. Mes enfants ont 16 et 13 ans et commencent à s’intéresser aux ressources de l’île, surtout depuis le feu qui a ravagé une partie du parc en 2011. C’était l’occasion de se retrouver et de leur montrer qu’il est possible d’agir ».

Cette année, les fonds récoltés iront à la Société d’Etudes Ornithologiques de la Réunion, SEOR. Une association créée en 1997 dont la mission est de promouvoir l’étude, la conservation et la connaissance des oiseaux sur l’île. Pour André Fleurence, son président, cet événement est une belle vitrine, « l’occasion de faire connaître l’association et ses actions et peut être même d’accueillir de nouveaux adhérents ». L’association, qui compte 11 salariés, est déjà aidée par 314 bénévoles. Elle espère récolter 30 000€, l’équivalent de 7% de son budget annuel. Rappelons que les frais de participations s’élevaient à 20€ par coureur, dont 65% environ sont reversés à l’association.

La première édition du pandathlon à la Réunion avait permis de récolter plus de 25 000€ alors que le nombre de participants avait été limité à 1200. Cette année, Didier Robert, président de la Région Réunion, espère que la cagnotte sera plus importante. Il est surtout enthousiaste quant aux nombre et à la motivation des participants. « Ce partenariat avec le WWF s’inscrit dans un programme à long terme sur la protection des ressources et la sensibilisation des habitants de l’île à l’environnement. L’année 2012 était l’année de la Biodiversité pour nous. C’est dans ce contexte qu’a eu lieu la première édition qui fut un réel succès. Nous avons décidé de réitérer l’expérience – et de soutenir une nouvelle association – en ouvrant à un nombre plus important de personnes même si nous avons du restreindre les inscriptions pour des questions d’organisation ».

«Pas de vainqueur, car pas de chrono», note Michel Bernard, l’organisateur de cette journée. L’idée était de rassembler les gens autour d’un événement convivial et non d’une course en tant que telle. Les familles ont pu prendre le départ ensemble et les petits ont eu le droit à un accompagnement de la part des gardes du Parc National de la Réunion. « Nous vous voulions rassembler et sensibiliser et je crois que c’est un pari réussi« .

Roxanne Crossley, envoyée spéciale à La Réunion.

Media Query: