Vivre ensemble : Tous parents, tous différents

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Vivre ensemble : Tous parents, tous différennts

Malgré les différences physiques et culturelles, tous les êtres humains appartiennent à l’espèce Homo sapiens. Nous sommes tous différents, mais aussi tous parents. Et tous issus de l’Afrique subsaharienne. Notre histoire se confond avec celle de nos migrations : il a fallu 80 000 ans à notre espèce pour peupler l’Afrique, avant de s’installer au Moyen- Orient, en Europe et en Asie il y a 60 000 ans.

Puis en Amérique et enfin en Océanie. Les migrations n’ont jamais cessé dans l’histoire de l’humanité. Y compris en Europe, avec sa longue histoire de conflits et de déplacements. pourtant, les mélanges et les flux migratoires ne sont pas toujours bien vus. Aujourd’hui, certains craignent qu’ils menacent leurs identités locales.

Pourtant, dans le monde, les migrants sont environ 214 millions, soit à peine 3 % de la population. Le poids des migrations dans les débats relève donc en grande partie d’une construction politique. Et s’il est difficile d’obtenir des chiffres précis, les migrations ne semblent pas aujourd’hui plus importantes que dans les siècles précédents, même si elles ont lieu désormais sur de plus grandes distances.

On peut retrouver ces migrations dans l’ADN de chacun : génétiquement, nous sommes une mosaïque qui porte la trace de nos mélanges, et donc de nos déplacements. Pour autant, il n’y a pas de base scientifique à la notion de race, et encore moins à celle de supériorité ou d’infériorité entre races. Malgré tout, le racisme reste très présent dans le monde, y compris dans les pays du Sud. Ce n’est pas seulement une aberration scientifique, c’est aussi une faute morale et, dans certains pays comme la France, un délit. Parfois, c’est pire encore.

Au Rwanda, en 1994, près de 800 000 Tutsis ont été massacrés en 3 mois. Ce que les atrocités de ce génocide ont montré, c’est que les bourreaux perdent leur humanité dans ces massacres : déshumaniser l’autre – « Tuez tous les cafards » était un slogan de la radio génocidaire des Mille collines –, c’est aussi perdre son humanité à soi.

Extrait du livre « Vivre ensemble 7 milliards d’humains » rédigé par la rédaction de GoodPlanet et disponible aux éditions de la Martinière.

Media Query: