Le baby-boom Sandy

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

Le baby-boom Sandy

New York, Etats-Unis: 28 octobre 2012: Mark Clemente et Mary McSweeney s’embrasse avant de rentrer dans la Seward Park High School, qui a servi de refuge lors du passage de l’ouragan Sandy. Andrew Burton/Getty Images/AFP

Neuf mois après l’arrivé de l’ouragan Sandy sur les côtes Américaines, New York connaît un pic des naissances. Coïncidence ou fait scientifique avéré?

C’est probablement un effet secondaire de l’ouragan Sandy qui a frappé la ville de New York la nuit du 29 au 30 octobre 2012 et il porte déjà un nom lui, le baby-boom Sandy. En effet, neuf mois après cette nuit au cours de laquelle la grande pomme a été plongée dans le noir, les hôpitaux de la région ont noté une augmentation de 20 à 30% des naissances. Alors, hasard ou relation de cause à effet ? Difficile de conclure de façon certaine. Mais pour Richard Evans, professeur en économie à l’Université de Brigham et qui a étudié les conséquences des alertes aux ouragans sur la fertilité des ménages américains, « les naissances ont tendance à augmenter de 2% en moyenne neuf mois après une alerte à ouragan de faible force ». Il existerait donc une relation de cause à effet entre l’arrivée d’ouragan de faible intensité et le nombre de naissances enregistrées neuf moi plus tard. Evans fait cependant remarqué au journal CBS, « qu’il est parfois difficile de faire dire aux gens ce qu’ils faisaient vraiment la nuit d’un ouragan ».

Media Query: