Civaux: évacuation d’un réacteur après un pic inexpliqué de radioactivité

Publié le : Last updated:

Civaux: évacuation d'un réacteur après un pic inexpliqué de radioactivité

Les réacteurs de la centrale nucléaire de Civaux © AFP/Archives Alain Jocard

Bordeaux (AFP) – Le réacteur numéro un de la centrale nucléaire de Civaux (Vienne) a été évacué jeudi après le déclenchement concomitant des dosimètres de six intervenants lors d’une opération de décontamination, un incident « négligeable » qui selon l’Autorité de sûreté nucléaire devrait être classé au niveau 0, le plus faible.

« La tranche numéro un était en maintenance et au redémarrage il y a eu un saut de radioactivité, qui a été très bref », a-t-on indiqué à la préfecture de la Vienne.

Le service communication de la centrale d’EDF a de son côté précisé que l’incident s’était produit vers 10h00, entraînant l’évacuation de la douzaine de personnes qui se trouvaient dans le bâtiment dont les intervenants.

Selon la responsable de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) pour les régions Midi-Pyrénées, Aquitaine et Poitou-Charentes, Anne-Cécile Rigail, l’événement semble « négligeable ».

L’alarme des dosimètres de six intervenants – une personne se trouvant au fond de la piscine du réacteur un et cinq autres situées à un autre étage – s’est déclenchée en même temps.

Toutefois, aucune « cause physique » n’a été trouvée pour cette évolution subite, a-t-elle expliqué.

L’alarme de ces appareils se déclenche en cas de dépassement d’un « prévisionnel » de dose de radioactivité à ne pas dépasser, mais n’implique pas forcément un danger pour la santé.

Ainsi, concernant l’intervenant le plus exposé – qui se trouvait dans la piscine – la dose représenterait un vingtième de la dose annuelle autorisée, a précisé Mme Rigail, qui a ajouté que l’incident ne serait sans doute pas classé au-dessus de zéro sur l’échelle Inès des incidents nucléaires.

Concernant les cinq autres, la dose rapportée représente 1/200e de la dose annuelle autorisée, a-t-on appris à la centrale.

Le niveau 0 sur l’échelle des incidents correspond à un simple écart, le niveau 1 à une anomalie, le dernier niveau (7) à une catastrophe type Fukushima ou Tchernobyl.

Trente-cinq incidents ont été déclarés en 2012 à Civaux. Tous été classés au niveau 0 de l’échelle internationale Ines de gravité. En 2013 douze incidents ont été déclarés, onze de niveau 0 et un incident de niveau 1.

La centrale de Civaux, au sud-est de Poitiers, se compose de deux réacteurs à eau pressurisée de 1.450 mégawatts chacun, mis en service en 1997 et 1999.

© AFP

Media Query: