Aude: l’ourse Viviane en cavale, le dispositif va être allégé

Publié le : Last updated:

Aude: l'ourse Viviane en cavale, le dispositif va être allégé

Un ours © AFP/Archives Jean-Christophe Verhaegen

Toulouse (AFP) – L’ourse Viviane est restée introuvable mercredi dans la zone de lagunes de l’Aude où elle est recherchée, quatre jours après s’être échappée de la réserve africaine de Sigean, a-t-on appris auprès de la préfecture.

Si cette ourse, âgée de 31 ans, n’est pas retrouvée dans la nuit de mercredi à jeudi par une trentaine de militaires mobilisés avec des jumelles de vision nocturne, le dispositif de recherches devrait être allégé jeudi. « Les battues systématiques laisseront la place aux recherches sur renseignement », a indiqué le directeur de cabinet du préfet Nicolas Martrenchard.

« Ce type d’ours du Tibet n’est pas agressif, plutôt craintif, et l’ourse Viviane est âgée: le plus probable est qu’elle se terre sous la pression, dans un milieu naturel de buissons, de roseaux et d’étangs qui n’est pas hostile à cet animal végétarien », a-t-il expliqué.

Une quinzaine de gendarmes et les pompiers ont sillonné mercredi après-midi la zone terrestre comprise entre Port-la-Nouvelle et Sigean, ainsi que les berges et plusieurs zones de l’étang de Bages-Sigean à bord de deux barques, a précisé la préfecture.

En nocturne, de 20H00 à minuit, ce sont 26 militaires du 4e régiment de la légion étrangère qui devaient prendre le relais avec l’aide de quatre gendarmes, pour repérer l’animal qui est actif la nuit.

L’ourse a été aperçue trois fois depuis son « évasion », dont la dernière remonte à mardi vers 09H00 lorsqu’elle a été repérée par une joggeuse sur l’île Sainte-Lucie, désormais interdite au public, sur l’étang de Bages-Sigean.

Par ailleurs, l’espèce à laquelle elle appartient -les ours du Tibet- étant bonne nageuse, elle peut facilement passer d’île en île sur l’étang.

La femelle recherchée fait partie d’un groupe de 20 ours du Tibet qui s’est progressivement développé à Sigean depuis 1974. Née dans la réserve en 1982, elle pèse 130 kg pour 1,60 m debout.

Ces ours sont « tranquilles et relativement petits » et il n’y a « aucune raison qu’ils s’en prennent à l’homme », selon la réserve.

Les consignes de prudence de la préfecture en cas de rencontre avec le plantigrade sont de ne pas se mettre à courir, ne pas le regarder dans les yeux, s’éloigner tranquillement.

Il est exclu de lui tirer dessus « car si l’animal était blessé il pourrait devenir beaucoup plus agressif et dangereux », selon la préfecture, et il faut absolument tenir son chien. Il ne faut pas bloquer l’ourse et s’assurer qu’on lui laisse une possibilité de partir.

© AFP

Media Query: