Gaz de schiste: rejet d’une demande entre Corrèze et Dordogne

Publié le : Last updated:

Gaz de schiste: rejet d'une demande entre Corrèze et Dordogne

La ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, parle aux journalistes dans la cour de l’Elysée, le 5 juin 2013 © AFP/Archives Lionel Bonaventure

Paris (AFP) – La ministre de l’Ecologie et de l’Energie Delphine Batho a indiqué mardi avoir rejeté une demande de permis d’exploration de gaz de schiste par la société Hexagon Gaz pour une zone à cheval entre la Corrèze, la Dordogne et le Lot.

« Je confirme le rejet de la demande de permis dit de Brive », a déclaré à l’AFP la ministre, à la suite d’une information publiée par le journal La Montagne.

L’instruction de cette demande déposée en 2010 « arrive à terme », a indiqué la ministre, pour qui « la position du gouvernement est claire: c’est le refus de la fracturation hydraulique et l’application de la loi ».

« Aucune demande de permis en cours d’instruction ne se présente ouvertement comme une demande pour le gaz de schiste ayant recours à la fracturation hydraulique, c’est l’instruction administrative qui permet de diagnostiquer la réalité des objectifs poursuivis », a expliqué Delphine Batho.

Dans la demande du « permis de Brive », « les couches géologiques visées ne peuvent pas correspondre à du gaz de houille, tel que la demande le prétend », a précisé Mme Batho, en soulignant la similarité avec les rejets des permis dit de Cahors et de Beaumont-de-Lomagne.

« De plus, l’opérateur Hexagon Gaz est une société basée à Singapour qui manque de références », a conclu la ministre.

Votée par le précédent gouvernement, la loi de juillet 2011 interdit, en raison de ces impacts environnementaux, la technique de la fracturation hydraulique, seule manière opérationnelle à ce jour d’explorer et d’exploiter les gaz de schiste.

© AFP

Media Query: