Fukushima: Tepco admet que le suicide d’un agriculteur est lié à l’accident

Publié le : Last updated:

Fukushima: Tepco admet que le suicide d'un agriculteur est lié à l'accident

La centrale nucléaire Tepco de Fukushima au Japon, le 1er mars 2013 © Jiji Press/AFP/Archives Japan Pool

TOKYO – (AFP) – Le gestionnaire de la centrale ravagée de Fukushima, dans le nord-est du Japon, a reconnu pour la première fois que l’accident nucléaire qui s’y était produit avait été à l’origine du suicide d’un agriculteur, ont annoncé jeudi les avocats de la famille.

Cette compagnie d’électricité, Tokyo Electric Power (Tepco), est parvenue à un accord à l’amiable avec la famille d’Hisashi Tarukawa, un agriculteur de 64 ans de la préfecture de Fukushima qui s’était pendu à un arbre dans son champ une dizaine de jours après la catastrophe survenue à la centrale atomique à la suite du séisme et du tsunami du 11 mars 2011.

Il avait mis fin à ses jours après la décision des autorités d’interdire la vente de certains produits agricoles de la région, en raison des craintes de contamination radioactive.

C’est la première fois que Tepco reconnaît que l’accident nucléaire a pu jouer dans la décision d’une personne de se suicider, d’après les avocats de la famille de M. Tarukawa, qui n’ont pas divulgué le montant des dédommagements versés par la compagnie.

« Je voulais juste que Tepco arrête de dire que personne n’avait été tué dans l’accident nucléaire », a expliqué Kazuya Tarukawa, le fils du suicidé.

Il souhaite désormais que des représentants de l’entreprise présentent des excuses à la famille pour la mort de son père.

« Tepco croit-elle que tout se règle en payant de l’argent ? Je veux qu’ils (des responsables de la compagnie, ndlr) viennent officiellement et s’inclinent devant la tombe de mon père. Mon combat n’est pas terminé », a-t-il souligné.

D’après les avocats de M. Tarukawa, les entreprises confrontées à des procès en masse sont souvent réticentes à présenter officiellement des excuses, de crainte que leur démarche ne soit interprétée comme une reconnaissance totale de leur responsabilité.

Tepco n’a pas souhaité commenter l’accord conclu.

Quatre des six réacteurs de la centrale Fukushima Daiichi ont été mis en péril le 11 mars 2011.

D’importants rejets radioactifs se sont répandus dans l’environnement, forçant les autorités à évacuer les habitants dans un rayon de 20 à 30 kilomètres et dans plusieurs autres localités alentour.

Des exploitations agricoles désertées ou dont les produits trop contaminés ont été jugés impropres à la consommation ont ainsi cessé toute activité et une partie des terres alentours resteront incultivables au moins pendant plusieurs décennies.

Si les radiations n’ont pas causé de décès directs, les autorités admettent que des dizaines de personnes ont perdu la vie en raison de la dégradation de leurs conditions de vie. Selon les statistiques de l’Etat nippon, quelque 80 suicides survenus l’an passé pourraient être liés à la catastrophe.

© AFP

Media Query: