Royaume-Uni : les bourdons volent au secours des fraises

Publié le : Last updated:

Royaume-Uni : ces abeilles qui volent au secours des fraises

FRANCE, Montpellier : Photo prise le 16 septembre 2009 à Montpellier, d’abeilles évoluant dans une ruche exposée dans le cadre de la 41e édition du salon Apimondia. L’Union Nationale de l’Apiculture Française, organisatrice du congrès scientifique et technique Apimondia 2009 organisera également jusqu’au 19 septembre un évènement festif et pédagogique en proposant une manifestation Apimondia « Grand Public » autour du thème « L’abeille, sentinelle de l’environnement ». AFP PHOTO / PASCAL GUYOT

Des escadrons d’abeilles porteuses d’un « champignon magique » vont être déployés au Royaume-Uni pour lutter contre la pourriture grise des fraises qui peut toucher jusqu’à 50% des cultures chaque année.

C’est une nouvelle approche encouragée par le Département pour l’Environnement qui va être testée en ce début d’été dans les campagnes anglaises. Afin de réduire la quantité de pesticides utilisée chaque année pour lutter contre la pourriture grise des fraises, les agriculteurs vont faire appel aux bourdons (des insectes de la même famille que les abeilles). Ces derniers seront guidés, au sortir de leur ruche, à travers un tunnel rempli de spores du champignon naturel et inoffensif Gliocladium catenulatum, et ils iront ainsi le répandre sur les cultures de fraises. Ledit champignon empêche la croissance d’un autre champignon, Botrytis cinerea, responsable de la pourriture grise. Les agriculteurs espèrent ainsi protéger leurs cultures sans utiliser de quantités importantes de pesticides nocif pour l’environnement.

Selon Harriet Roberts du cabinet de conseil spécialisé dans l’agriculture Adas, en charge de ces tests, la technique, encore expérimentale des bourdons convient beaucoup mieux à la culture de fraises puisque les insectes se posent sur la fleur quand elle éclot, c’est-à-dire au meilleur des moments pour la protéger alors que l’épandage de pesticides traite toute les fraises au quel que soit leur stade de développement. Selon the Guardian, cette technique est inoffensive pour les bourdons qui ne sont pas sensibles au champignon.

Media Query: