Inde: inquiétudes croissantes sur la pollution urbaine

Publié le : Last updated:

Inde: inquiétudes croissantes sur la pollution urbaine

Un nuage de pollution à New Delhi, le 31 janvier 2013 © AFP/Archives Prakash Singh

NEW DELHI – (AFP) – Les villes en Inde deviennent de plus en plus polluées et nocives pour la santé, selon une nouvelle étude publiée lundi qui relève les inquiétudes croissantes de la population concernant l’impact de la croissance économique sur l’environnement de ce pays émergent.

L’Institut de recherche sur l’énergie et les ressources (Teri), basé à New Delhi, a demandé à 4.039 personnes habitant dans les six plus grosses villes du pays (Calcutta, Bangalore, Chennai, Bombay, New Delhi, Hyderabad) quelles étaient leur perception sur l’environnement.

« La qualité de l’air dans ces six villes s’est dégradée au cours des cinq dernières années ou ne s’est pas améliorée », selon les conclusions de cette étude.

« La qualité de l’eau semble s’être détériorée dans toutes les villes à l’exception de Bombay où la situation est restée stable. Cinq villes ont vu une diminution des nappes phréatiques, sauf Chennai, et le nombre d’arbres, d’oiseaux et d’animaux a chuté dans toutes les villes », met en garde l’enquête.

Les personnes interrogées à Bangalore, Chennai, Delhi et Hyderabad se sont plaintes d’une dégradation de la gestion des déchets dans leur ville, tandis que les habitants de Calcutta et Bombay ont vu une amélioration de la situation.

L’étude souligne également que les Indiens ont de plus en plus conscience de la nécessité de lutter contre la pollution et voudraient que le gouvernement et les industriels trouvent un équilibre entre la protection de l’environnement et le développement économique, selon Ligia Noronha, du groupe de recherche Teri.

« L’environnement va être un sujet électoral très important, parce que les gens commencent à être gênés à plusieurs niveaux », comme pour la qualité de l’eau et la pureté de l’air, a-t-elle estimé lors d’une conférence de presse. L’Inde est appelée aux urnes l’an prochain.

La troisième puissance économique d’Asie connaît depuis une dizaine d’années un rapide développement économique et un afflux urbain de populations rurales à la recherche d’un emploi et d’un meilleur niveau de vie. Ces deux facteurs ont affecté l’environnement des grandes villes, où le trafic automobile et les constructions ont explosé.

L’Inde détient le peu glorieux record mondial de la pire qualité de l’air, devant la Chine, selon une étude de 2012 menée par les universités américaines de Yale et Columbia.

Quatre-vingt pour cent des eaux usées du pays ne sont pas traitées et s’écoulent directement dans les fleuves, polluant les principales sources d’eau potable, selon une enquête d’un organisme de surveillance environnementale publiée en mars.

© AFP

Media Query: