L’Autorité de sûreté nucléaire a renforcé son contrôle de la centrale du Bugey

Publié le : Last updated:

L'Autorité de sûreté nucléaire a renforcé son contrôle de la centrale du Bugey

La centrale nucléaire du Bugey, à Saint Vulbas, le 30 mars 2013 © AFP/Archives Jeff Pachoud

LYON – (AFP) – L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé, jeudi, avoir « renforcé son contrôle » en 2012 de la centrale nucléaire du Bugey (Ain) après la détection d’une « présence anormale de tritium » dans les eaux souterraines, sans impact pour l’environnement selon elle.

« Si on regarde ses performances en matière de sûreté, la centrale du Bugey rejoint l’appréciation globalement assez satisfaisante que l’ASN porte sur EDF, mais il y a eu deux événements marquants en 2012 qui ont nécessité un contrôle renforcé », a expliqué Grégoire Deyirmendjian, chef de la division de Lyon de l’ASN, au cours d’une conférence de presse.

En octobre dernier, l’ASN a « imposé à la centrale de détecter les équipements à l’origine de cette présence anormale de tritium, sans impact significatif sur l’environnement ou la santé », a-t-il ajouté.

Début 2013, leurs investigations ont ainsi mis en cause une « tuyauterie enterrée inétanche » et « l’ASN a mis en demeure la centrale du Bugey d’élaborer un programme d’entretien adapté aux canalisations enterrées pour éviter que ce type d’événement ne se renouvelle », a-t-il dit.

L’ASN a en outre mis la centrale en demeure de « respecter » ses « prescriptions » de sécurité en faisant les « travaux nécessaires » en matière de « risque d’inondation », liés à la poursuite d’exploitation du réacteur 2 pour dix ans supplémentaires. Elle a constaté début mai que les travaux avaient été réalisés.

Par ailleurs, l’ASN juge aussi « en retrait par rapport à l’appréciation générale satisfaisante » les performances de la centrale de Cruas-Meysse, également exploitée par EDF, en Ardèche.

Elle relève que cette centrale « n’a pas réussi à gérer toutes ses opérations de maintenance de manière satisfaisante », obligeant l’ASN à « encadrer le redémarrage du réacteur 4 à l’été 2012 ».

« Mais l’exploitant s’est comporté de manière responsable et il n’y a pas d’inquiétudes à avoir pour les riverains », a souligné M. Deyirmendjian.

Concernant la centrale de Romans-sur-Isère (Drôme), l’ASN a demandé à l’exploitant Areva « d’améliorer ses performances en matière de sûreté », a indiqué le responsable, rappelant qu’un incident de niveau 2 sur 7 sur l’échelle INES s’était produit fin octobre 2012 lors d’opération sur des matières fissiles.

Par ailleurs, l’ASN continue l’instruction du « dossier de poursuite d’exploitation au-delà de 30 ans » des réacteurs 4 et 5 de la centrale du Bugey, ainsi que du réacteur 2 de la centrale de Tricastin.

Elle rendra son avis d’ici à septembre 2013 pour Bugey 4 et Tricastin 2, et d’ici à début 2014 pour Bugey 5.

© AFP

Media Query: