L’Australie veut faire interdire la fertilisation des mers au sulfate de fer

Publié le : Last updated:

Australia pushes for ocean 'fertilisation' ban

Image taken on January 27, 2011 shows the sun rising in Indonesia’s Wakatobi archipelago © AFP/File Stephen Coates

SYDNEY – (AFP) – L’Australie veut faire inscrire dans le protocole de Londres sur la prévention de la pollution des mers l’interdiction absolue de fertiliser les océans sans justification scientifique, a annoncé jeudi le gouvernement australien.

Cette méthode controversée destinée à lutter contre l’acidification des mers et des océans consiste à déverser du sulfate de fer qui va agir comme un engrais pour le phytoplancton.Ces microalgues marines jouent un rôle clé dans le niveau mondial de carbone car elles absorbent le dioxyde de carbone (CO2) situé dans l’eau et l’atmosphère. Après une courte vie, les restes de ces organismes viennent se déposer sur le plancher océanique sous forme de sédiment.

Mais l’efficacité et les incidences éventuelles de la fertilisation sur l’environnement sont méconnues. Le protocole de Londres qui a amendé puis remplacé en 1996 la Convention de Londres de 1972 recommande aux 42 Etats signataires de ne pas y recourir.

Mais le texte n’est pas assez contraignant, selon Canberra.

L’Australie, le Nigeria et la Corée du Sud entendent déposer lors d’une réunion des pays signataires du protocole en octobre dans la capitale britannique un amendement coercitif qui proscrirait toute fertilisation commerciale.

« L’amendement ambitionne de mettre en place une règlementation contraignante sur la fertilisation des océans », a expliqué le ministre australien de l’Environment Tony Burke.

« Il interdit les activités commerciales de fertilisation des mers tout en autorisant la recherche scientifique légitime destinée à identifier les bénéfices éventuels » de cette pratique, a-t-il ajouté.

En 2012, les parties signataires du protocole avaient simplement déploré le recours à la fertilisation sur le littoral Pacifique du Canada par une société désirant reconstituer des populations de saumons, lesquels se nourrissent de phytoplancton.

En avril 2007, la revue Nature avait révélé les conclusions d’un vaste programme mené autour des îles Kerguelen en Bretagne: verser du fer dans l’océan serait 10 à 100 fois moins efficace que le processus naturel, 90% du fer versé se perdrait dans l’océan, et l’effet serait peu durable.

Et des effets secondaires sont à craindre. Certains scientifiques évoquent par exemple une possible réaction chimique qui produirait un gaz à effet de serre, le protoxyde d’azote (N2O), plus dévastateur que le CO2.

Tony Burke a également cité la prolifération d’algues toxiques et l’eutrophisation des grands fonds comme risques potentiels.

© AFP

Media Query: