Action de Greenpeace pour les abeilles lors de l’AG de Bayer

Publié le : Last updated:

FRANCFORT – (AFP) – Des militants de Greenpeace ont déployé vendredi une banderole géante à l’entrée du bâtiment où se tenait l’assemblée générale du groupe allemand Bayer, dont ils accusent les pesticides de « tuer les abeilles ».

« Les pesticides Bayer tuent les abeilles », ont-ils écrit sur une banderole de 5 mètres sur 15 mètres dressée à l’entrée de l’édifice à Cologne, selon un communiqué de Greenpeace.

En fin de matinée, une vingtaine de militants étaient toujours sur place, selon une porte-parole de l’organisation non gouvernementale contactée par l’AFP.

« Les résultats scientifiques sont sans équivoque: les pesticides concourent à la mort des abeilles », affirme dans le communiqué Christiane Huxdorff, experte en agriculture au sein de Greenpeace, qui demande que Bayer « retire enfin du marché les produits concernés ».

La semaine dernière, des militants de Greenpeace suspendus à des cordes avaient déjà déployé une banderole géante sur le siège du groupe agrochimique suisse Syngenta à Bâle, en dénonçant la même chose.

Les écologistes ont appelé vendredi l’Allemagne à se prononcer en faveur d’un texte de la Commission européenne. Se fondant sur un avis très négatif rendu par l’Autorité européenne pour la sécurité des aliments (EFSA), la Commission propose de suspendre pendant deux ans l’utilisation de trois néonicotinoïdes présents dans des pesticides, et ce pour quatre types de cultures: le maïs, le colza, le tournesol et le coton.

Les néonicotinoïdes incriminés – clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxame – sont présents dans des pesticides produits par Bayer et Syngenta.

Lors d’un premier vote sur le texte, l’Allemagne s’était abstenue, comme le Royaume-Uni, la Finlande, la Bulgarie et l’Estonie.

Lundi, les Etats sont appelés une nouvelle fois à se prononcer par vote. Même en l’absence de majorité qualifiée, la Commission devrait décider de mettre en œuvre l’interdiction, selon une source communautaire.

Bayer et Syngenta, fermement opposés à cette interdiction, affirment régulièrement que d’autres facteurs sont à l’origine de la baisse de la population des abeilles.

© AFP

Media Query: