Energie: le Medef défend gaz de schiste et nucléaire dans le débat national

Publié le : Last updated:

Energie: le Medef défend gaz de schiste et nucléaire dans le débat national

La patronne du Medef Laurence Parisot, lors d’une conférence de presse le 24 avril à Paris © AFP Pierre Verdy

PARIS – (AFP) – La patronne du Medef Laurence Parisot a mis l’accent mercredi sur l' »énergie peu chère » en France, en appelant notamment à rechercher, et si possible à exploiter, le gaz de schiste dans le sous-sol français et à « préserver les atouts du nucléaire ».

L’organisation patronale, qui présentait à la presse ses propositions pour le débat national sur la « transition énergétique » mis en place par le gouvernement, a plaidé la « prudence » pour éviter l’envol de la facture énergétique des entreprises déjà « exsangues et à bout de souffle ».

« On me demande souvent: comment réindustrialiser la France? Au-delà du pacte de compétitivité, que je salue, il y a une réponse très simple: explorons et exploitons dans notre pays les gaz de schiste », a déclaré Mme Parisot.

« La réindustrialisation dans ces cas là pourraient intervenir très rapidement », a-t-elle affirmé, dénonçant « un débat interdit » sur le gaz de schiste. « Nous on dit: +il faut en parler+ ».

« Pour avoir les mêmes chances que les entreprises allemandes, nous devons traiter la question de la dette et du déficit. Pour avoir la même chance que les entreprises américaines, nous devons traiter la question du gaz de schiste », a-t-elle dit.

Autre accent mis par le Medef, « préserver les atouts du nucléaire », par exemple en matière de changement climatique et de prix compétitif de l’électricité.

« Une transition énergétique à l’allemande » avec sortie du nucléaire et investissements très importants dans le solaire et l’éolien, « n’est pas nécessaire à nos yeux et surtout on n’a pas les moyens de se la payer », a estimé Jean-Pierre Clamadieu, président du chimiste Solvay et responsable au Medef, citant les « 1.000 milliards d’euros » consacrés par l’Allemagne d’ici 2030.

Mme Parisot a qualifié d' »aberration » la fermeture anticipée de la centrale nucléaire alsacienne de Fessenheim, plaisantant en évoquant « la solidarité Medef-CGT totale » contre l’arrêt prévu par le gouvernement d’ici 2017.

Dans une liste en sept points présentée mercredi, le Medef appelle également à développer l’efficacité énergétique « la plus rentable » et à développer les énergies renouvelables, « à des conditions économiques raisonnables » selon M. Clamadieu.

© AFP

Media Query: