Vers une élimination totale des appareils contenant du pyralène

Publié le : Last updated:

 Vers une élimination totale des appareils contenant du pyralène

La ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, le 21 mars 2013 à Paris © AFP/Archives Fred Dufour

PARIS – (AFP) – La France compte environ 500.000 appareils contenant des PCB (ou pyralènes), des dérivés chimiques très utilisés jusqu’à leur interdiction en 1987 en raison de leur toxicité. Le ministère de l’Ecologie a publié vendredi le calendrier devant permettre de les éliminer au plus tard d’ici 2025.

Les polychlorobiphényles (PCB) ont été utilisés jusque dans les années 80 comme isolants dans les transformateurs, les condensateurs, certains radiateurs et autres équipements électriques, ainsi que comme lubrifiants dans les turbines ou comme composants dans les peintures.

La vente de produits contenant des PCB est interdite depuis 1987, en raison de leur toxicité pour la santé et leur impact sur l’environnement (notamment la qualité des eaux) en raison de leur longue persistance.

Les équipements contenant les niveaux les plus importants de PCB (au-delà de 500 parties par million, ou ppm) ont été éliminés progressivement, en vertu d’une directive européenne qui imposait leur disparition d’ici fin 2010.

Reste les équipements contenant des concentrations moins importantes (entre 50 et 500 ppm) mais qui seraient, selon le ministère de l’Ecologie, « près de 500.000 ».

Dans un décret paru vendredi au Journal officiel, le ministère de l’Ecologie fixe le calendrier pour la décontamination et l’élimination de ces appareils, en fonction de leur date de fabrication: il sera interdit d’en détenir à partir de 2017 s’ils ont été fabriqués avant 1976, à partir de 2020 s’ils ont été fabriqués entre 1976 et fin 1980, et à partir de 2023 s’ils sont plus récents.

Les entreprises possédant plus de 150 équipements pourront bénéficier d’un échéancier plus souple, qui garantit la décontamination de « l’ensemble de leurs appareils avant fin 2025 », indique le ministère.

Guillaume Llorca, responsable investigation au WWF, s’est interrogé sur la capacité de la France d’être « matériellement en mesure d’éliminer tous ces PCB », alors que l’objectif de fin 2010 pour les plus gros appareils n’avait pu être atteint.

« Il y a en France une seule entreprise possédant un incinérateur aux normes pour l’élimination des PCB », a-t-il assuré à l’AFP, redoutant un éventuel enfouissement ou des exportations de ces matières.

© AFP

Media Query: