La justice chilienne bloque un projet minier de Barrick Gold

Publié le : Last updated:

Chile halts construction of huge gold mine

Des militants écologistes protestent contre le projet de mine d’or de Pascua-Lama du groupe canadien Barrick Gold, en mai 2009 © AFP/Archives Martin Bernetti

SANTIAGO – (AFP) – La Cour d’appel de Santiago a annoncé mercredi avoir bloqué le projet de mine d’or de Pascua-Lama du groupe canadien Barrick Gold, numéro un mondial du secteur, à la frontière entre le Chili et l’Argentine, à la suite d’un recours de communautés indigènes.

Le gel a été ordonné à la suite d’un recours déposé par des communautés locales contre le projet Pascua-Lama, une des plus grandes mines d’or non exploitées au monde, qui, selon elles, ne respectait pas les normes environnementales.

Le gigantesque gisement Pascua-Lama, qui contiendrait des réserves de 17,8 millions d’onces d’or selon Barrick Gold, se situe près de glaciers à 5.000 mètres d’altitude, à cheval sur les régions de San Juan en Argentine (30%) et d’Atacama au Chili (70%), dans le nord des deux pays.

Dans le projet de développement du gisement, le groupe canadien prévoit la construction d’un tunnel en vue de relier la mine, située au Chili, à l’usine de transformation en Argentine. Plus de 2.000 personnes travaillent dans les deux pays.

De nombreux groupes écologistes et des communautés locales s’opposent à ce projet, de peur qu’il n’affecte l’eau des glaciers de la zone.

« Nous ne sommes pas du tout surpris et trouvons satisfaisant le fait d’avoir pu, par le biais d’une instance judiciaire, suspendre les travaux en attendant que Pascua-Lama satisfasse aux normes de protection de l’Environnement », a indiqué le ministre de l’Intérieur Andrés Chadwick, sur les ondes de Radio Cooperativa.

« Il vaut mieux suspendre, et que maintenant ils se consacrent à régler » les questions non résolues du projet, a ajouté le ministre.

Les travaux de Pascua-Lama portaient sur les opérations de déblaiement et de creusement de l’énorme fosse de la mine.

« Je crois que dans ce cas, le degré de manquement (aux normes) est tellement important que le ministre de l’Intérieur est conscient » du problème, a indiqué l’avocat représentant les communautés indigènes, Lorenzo Soto.

Barrick Gold a réagi mercredi matin par un communiqué laconique. Le groupe « est au courant d’informations de presse portant sur une injonction préliminaire rendue en attendant une audience complète », indique-t-il.

Cette injonction arrête les travaux de construction du côté chilien du projet, mais n’affecte pas ceux du côté argentin, où se trouvent les principales infrastructures de Pascua-Lama, souligne Barrick.

Le groupe n’a pas encore reçu de notification officielle de l’injonction et évaluera ses implications potentielles seulement quand elle lui parviendra.

Le projet, dans les cartons depuis plus de dix ans, est contesté par des groupes écologistes au Chili et en Argentine, qui mettent en garde notamment contre le danger irréparable qui serait causé aux glaciers millénaires se trouvant près du gisement.

L’entreprise a lancé en 2009 le projet avec un coût de construction évalué entre 2,8 et 3 milliards de dollars et espérait produire à partir du second semestre 2014 environ 750.000 à 800.000 onces d’or et 35 millions d’onces d’argent par an, durant les cinq premières années.

© AFP

Media Query: