Le zoo de Beauval recyclera les déjections de ses pensionnaires dans une usine de biogaz

Publié le : Last updated:

Le zoo de Beauval recyclera les déjections de ses pensionnaires dans une usine de biogaz

La femelle Huan-Huan (à droite) et le mâle Yuan-Zi, les deux pandas géants du zoo de Beauval le 18 février 2012 © AFP/Archives Alain Jocard

ORLEANS – (AFP) – Les crottes de pandas et autres déjections des pensionnaires du zoo de Beauval (Loir-et-Cher) seront recyclées au sein d’une unité de méthanisation qui alimentera le parc animalier en gaz à partir de l’an prochain, a annoncé vendredi la direction du zoo.

Cette usine, qui devrait entrer en service au printemps 2014, utilisera le fumier des animaux – dont les deux pandas chinois présentés aux visiteurs depuis janvier 2012 – les tailles et tontes des espaces verts ainsi que les déchets d’un élevage et d’une coopérative des environs, soit environ 11.000 tonnes par an.

Une partie de la chaleur produite servira à chauffer la serre des gorilles et des lamantins, ainsi que le bâtiment d’hiver des éléphants, ce qui permettra de faire 40% d’économie sur la facture de gaz. Le reste sera transformé en électricité et revendu à EDF. En fin de parcours, le digestat sera restitué aux agriculteurs comme engrais pour les terres agricoles.

« Il s’agit de la première unité de méthanisation intégrée à un parc zoologique » en France « et cette initiative s’inscrit parfaitement dans la démarche de développement durable que nous menons depuis longtemps », s’est félicitée Delphine Delord, directrice de la communication du zoo, à l’occasion de la signature du prêt à Orléans.

L’investissement est de 2,3 millions d’euros, dont deux millions financés par la Caisse d’Epargne Loire-Centre et la Banque européenne d’investissement (BEI) dans le cadre d’un partenariat conclu avec la région Centre pour le développement de l’économie verte.

Seul zoo de France à présenter des pandas, le parc animalier de Beauval compte 4.600 animaux et s’étend sur 27 hectares. Avec un million de visiteurs l’an dernier, il fait partie des 15 sites les plus visités de l’hexagone.

© AFP

Media Query: