Brésil: ouverture du procès des assassins d’un couple d’écologistes en Amazonie

Publié le : Last updated:

Brésil: ouverture du procès des assassins d'un couple d'écologistes en Amazonie

La tombe de Maria et José Claudio da Silva, des écologistes brésiliens assassinés en mai 2011, à Nova Ipixuna, dans le nord du pays, en juin 2011 © AFP/Archives Evaristo Sa

RIO DE JANEIRO – (AFP) – Le procès des trois accusés du meurtre, en mai 2011, d’un couple d’agriculteurs écologistes brésiliens s’est ouvert mercredi au tribunal de Maraba, une ville du sud-est de l’État amazonien du Para, dans le nord du Brésil.

« Le procès a commencé à 09H00 locales (12H00 GMT) et devrait durer jusqu’à jeudi midi. Les sept jurés ont été tirés au sort et les témoins sont maintenant entendus », a déclaré à l’AFP Antonio Filho, membre de la Commission pastorale de la terre (CPT, un organisme liée à l’Église catholique) qui assiste aux audiences.

Le 24 mai 2011, Maria et José Claudio da Silva avaient été assassinés dans une embuscade à Nova Ipixuna, près de Maraba, où ils dénonçaient l’abattage illégal des arbres de la forêt par des exploitants forestiers.

Les accusés sont José Rodrigues Moreira, le commanditaire du meurtre, et Lindonjonson Silva Rocha et Alberto Lopes do Nascimento, les exécutants. Ils avaient été arrêtés à 300 km de Maraba dans une zone de forêt où ils se cachaient et étaient armés.

Ce meurtre avait été le premier d’une série de dix en trois mois dans la région amazonienne, la plupart dans le Para, l’un des États les plus violents du Brésil en matière de conflits agraires.

Dans cette région reculée, les grands propriétaires terriens, commanditaires présumés d’assassinats de petits paysans, bénéficient le plus souvent d’une « impunité totale », selon un dossier de la CPT.

Amnesty International avait appelé, à l’époque du meurtre, les autorités brésiliennes à mettre fin à ces assassinats ainsi qu’à « l’impunité des tueurs qui encourage ces violences ». Des représentants de cette organisation de défense des droits de l’homme étaient attendus mercredi à Maraba pour le procès.

Dans le Para, 914 travailleurs ruraux, religieux et avocats ont été assassinés pour des questions agraires de 1964 à 2010. De ce total, 18 cas seulement ont été jugés et 24 personnes condamnées. Mais, à ce jour, à peine six condamnés sont encore sous les verrous, trois d’entre eux pour l’assassinat en février 2005 de la missionnaire américaine Dorothy Stang qui dirigeait un projet agricole avec des paysans sans terre à Anapu, souligne ce dossier.

La CPT précise de plus que 12 des 29 meurtres de militants ruraux brésiliens en 2011 ont eu lieu dans le Para.

© AFP

Media Query: