Mobilisation contre l’envoi de combustibles nucléaires pour le Japon

Publié le : Last updated:

Mobilisation contre l'envoi de combustibles nucléaires pour le Japon

L’usine de retraitement de déchets nucléaires Areva de Beaumont-Hague © AFP/Archives Charly Triballeau

CHERBOURG – (AFP) – Plusieurs associations antinucléaires appellent à la mobilisation contre un convoi de MOX (combustible nucléaire contenant du plutonium), un convoi maritime qui doit partir de la France vers le Japon le 15 avril selon Greenpeace.

Un communiqué diffusé notamment sur le site internet du collectif antinucléaire « Stop Castor » qui avait déjà retardé un convoi de déchets nucléaires allemands en 2011, appelle à « empêcher le bon déroulement de ce transport », qui sera le premier convoi de MOX de France vers le Japon depuis la catastrophe de Fukushima le 11 mars 2011.

Le texte appelle les militants à monter peu avant le départ « un camp » à Bricquebec (Manche), à 30 km de l’usine de retraitement de déchets nucléaires Areva de Beaumont-Hague, où le MOX est en attente.

Areva confirme juste que le cinquième transport de combustible MOX (composé de 5 à 10% de plutonium, et d’uranium) vers le Japon est en préparation.

Greenpeace, qui n’appelle pas à perturber le transport, se dit « sûre à 99% » que le départ du convoi maritime, de Cherbourg (à 20 km de Beaumont-Hague), « aura lieu entre le 15 et le 19 avril », a dit mardi à l’AFP Yannick Rousselet, son chargé de campagne nucléaire.

L’ONG « demande au gouvernement d’annuler ce transport scandaleux » alors qu’au Japon « des hommes se battent (…) pour tenter désespérément de décontaminer villages et écoles ».

La cargaison, qui en général met environ 65 jours à rejoindre le Japon selon Greenpeace, est destinée à la centrale de Takahama, actuellement à l’arrêt et propriété de Kansai Electric (Kepco).

« Le plutonium est le plus grand radiotoxique du monde. Il peut servir à fabriquer des bombes. L’inhalation d’une poussière de plutonium suffit à déclencher un cancer bronchopulmonaire en six mois. Il met 240.000 ans à perdre la moitié de sa radioactivité », déclare M. Rousselet.

Le MOX est fabriqué par Areva dans son usine de Marcoule (Gard) à partir des combustibles usés des centrales nucléaires retraités à l’usine de Beaumont-Hague. Areva entend ainsi permettre le « recyclage » des combustibles, notamment du plutonium formé lors de la production d’électricité nucléaire.

Seuls deux des 50 réacteurs japonais sont actuellement exploités mais le gouvernement libéral démocrate (droite) arrivé au pouvoir en décembre est revenu sur la promesse de son prédécesseur de centre gauche de sortir du nucléaire.

Le 10 mars des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté dans le Japon contre le nucléaire.

© AFP

Media Query: