Royaume-Uni: abattage de 5.000 blaireaux pour lutter contre la tuberculose

Publié le : Last updated:

Royaume-Uni: abattage de 5.000 blaireaux pour lutter contre la tuberculose

Un blaireau © DPA/AFP/Archives Marius Becker

LONDRES – (AFP) – Une agence gouvernementale britannique a donné mercredi son feu vert à l’abattage cet été de près de 5.000 blaireaux dans deux régions du sud de l’Angleterre, le Gloucestershire et le West Somerset, pour lutter contre la transmission de la tuberculose au bétail.

« La tuberculose bovine se propage à un rythme alarmant et inflige de réels dégâts à notre industrie de la viande bovine et des produits laitiers », a déclaré mercredi le ministre de l’Environnement Owen Paterson lors d’une conférence devant le syndicat des agriculteurs britanniques (National Farmer Union, NFU).

« Ces opérations pilotes d’abattage ne constituent qu’une partie de nos démarches pour contrôler et éradiquer cette terrible maladie », a-t-il ajouté.

Ces abattages, qui doivent éliminer 70% des blaireaux dans ces zones, doivent avoir lieu chaque année pendant quatre ans, sur une période de six semaines.

Fin octobre, le gouvernement britannique avait annoncé le report de ces opérations d’élimination de milliers de blaireaux, vecteurs de la tuberculose bovine, parce que le NFU estimait que les conditions n’étaient pas réunies pour les mener.

Les défenseurs de ces animaux ont mené une intense campagne contre ces opérations d’abattage, un mouvement de protestation sans précédent au Royaume-Uni depuis la mobilisation contre la chasse au renard dans les années 1990-2000.

L’une des principales organisations de protection des animaux (RSPCA) prône la vaccination des blaireaux et qualifie les projets gouvernementaux d' »insensés ».

« Tout porte à croire que la réponse au problème de la tuberculose bovine ne se trouve pas dans un abattage qui s’avèrera inefficace, inutile et potentiellement néfaste au bien-être du bétail et des animaux sauvages », a affirmé le dirigeant de la RSPCA, Gavin Grant, ajoutant que « tuer les blaireaux n’était pas la solution ».

Près de 35.000 bovins ont été abattus en 2012 en raison de la tuberculose, selon les chiffres du gouvernement.

Owen Paterson a affirmé que la maladie avait coûté aux contribuables britanniques 500 millions de livres (580 millions d’euros) sur les dix dernières années et qu’elle pourrait coûter un milliard de livres (1,16 milliard d’euros) au cours de la prochaine décennie, si elle n’est pas maîtrisée.ose bovine, parce que le NFU estimait que les conditions n’étaient pas réunies pour les mener.

© AFP

Media Query: