Ecotaxe: Cuvillier réticent sur une entrée en vigueur au 20 juillet

Publié le : Last updated:

Ecotaxe: Cuvillier réticent sur une entrée en vigueur au 20 juillet

Le ministre délégué chargé des Transports Frédéric Cuvillier, le 25 février 2013 à Eckartswiller, dans le Bas-Rhin © AFP Patrick Hertzog

ECKARTSWILLER (Bas-Rhin) – (AFP) – Le ministre délégué chargé des Transports Frédéric Cuvillier a jugé lundi « un peu ubuesque » une entrée en vigueur le 20 juillet de l’écotaxe poids lourds, soulignant que la question d’un éventuel report serait tranchée « dans quelques jours ».

Le 20 juillet 2013 initialement choisi pour l’écotaxe est une « date un peu ubuesque », a-t-il confié aux journalistes lors d’un déplacement dans le Bas-Rhin. « Imaginez, la mise en place d’une écotaxe poids lourds le 20 juillet, cela n’est ni raisonnable ni cohérent », a-t-il commenté.

Le ministre a indiqué qu’il se baserait sur les garanties qu’apportera l’opérateur chargé de sa mise en oeuvre, concernant la stabilité du système.

« Tant que le système de la mise en place de l’écotaxe poids lourds n’est pas stabilisé, celui-ci n’entrera pas en application », a-t-il fait valoir en marge d’une visite de chantier de la ligne à grande vitesse LGV Est.

« Dans quelques jours nous saurons, en fonction de la réponse qui sera apportée au gouvernement (…) si la période estivale reste celle de la mise en place de l’écotaxe poids lourds », a-t-il expliqué.

« Mais il faudra voir en fonction du dispositif lui-même, de sa mise en place, de sa sécurisation », a-t-il souligné.

M. Cuvillier s’est aussi félicité de l’abandon d’une mise en place anticipée dès le printemps 2013 de l’écotaxe en Alsace, après un vote du Sénat, jugeant que « l’expérimentation n’avait de sens que si elle était nationale ».

Issue du Grenelle de l’environnement, l’écotaxe doit théoriquement s’appliquer à partir de juillet aux camions de 3,5 tonnes et plus circulant sur le réseau national non-payant, selon des barèmes kilométriques.

Mais les professionnels réclament un report, s’inquiétant notamment des modalités de répercussion de la taxe sur leurs clients, et demandent une période d’expérimentation.

« S’il doit y avoir une expérimentation, elle doit être nationale et elle doit être à blanc (…) le temps que le système trouve sa stabilisation », a estimé lundi le ministre.

© AFP

Media Query: