Tchernobyl: Vinci et Bouygues ont évacué « par précaution » leur personnel

Publié le : Last updated:

Tchernobyl: Vinci et Bouygues ont évacué

Des ouvriers travaillent sur le site de la centrale nucléaire Tchernobyl, le 27 novembre 2012 © AFP/Archives Sergei Supinsky

PARIS – (AFP) – Près de 80 employés de Vinci et Bouygues ont été évacués « par précaution » de la centrale nucléaire ukrainienne de Tchernobyl après l’écroulement mardi d’un toit et d’un mur sur le site, ont indiqué les deux groupes français de BTP à l’AFP mercredi.

Vinci et Bouygues travaillent sur place à la construction de l’enceinte de confinement du sarcophage recouvrant les restes du réacteur accidenté en 1986.

Un toit et un mur se sont écroulés partiellement mardi à plusieurs dizaines de mètres du chantier, sans faire de victime ni provoquer de hausse de la radioactivité, selon le service de presse de la centrale.

Le chantier, d’un coût d’un milliard d’euros, tournait au ralenti en raison du mauvais temps. Il a été évacué immédiatement par précaution et l’ensemble des collaborateurs de Novarka, l’entreprise conjointe de Vinci et Bouygues, ont été contrôlés, a indiqué une porte-parole de Bouygues.

« Novarka est en train d’effectuer toutes les mesures de contrôle de contamination surfacique. Celles-ci sont jusqu’à présent en dessous des seuils admissibles », a ajouté la porte-parole de Bouygues.

Pour les deux groupes français, « cet état des lieux déterminera la date de reprise des travaux ».

« Le niveau de radioactivité à la centrale de Tchernobyl et dans la zone qui l’entoure demeure inchangé. Il n’y a pas de victimes », a indiqué de son côté la centrale dans un communiqué. « La surface endommagée est d’environ 600 mètres carrés », selon la même source.

L’incident, dû à l’accumulation de neige sur le toit, a touché mardi la salle de turbines de la centrale, située à plus de 50 mètres du sarcophage qui recouvre le réacteur, a précisé à l’AFP la porte-parole de Tchernobyl, Maïa Roudenko.

Il n’y a pas de travaux dans ce local actuellement et le personnel de la centrale ne s’y rend que pour des inspections, a-t-elle expliqué. « Rien de grave ne s’est produit », assuré Mme Roudenko.

L’explosion en 1986 du réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl, situé à une centaine de kilomètres au nord de Kiev, près des frontières russe et bélarusse, avait contaminé une bonne partie de l’Europe, mais surtout l’Ukraine, la Russie et le Bélarus, alors républiques de l’URSS.

Le réacteur accidenté avait été recouvert à la va-vite d’un sarcophage en béton, aujourd’hui fissuré. Des travaux sont en cours pour construire une nouvelle chape étanche destinée à réduire les risques de fuite radioactive.

© AFP

Media Query: