Ça sent le gaz pour le joyau de la biodiversité péruvienne

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 1 minute  

Ça sent le gaz pour un parc naturel péruvien

Desmembres de la tribu Mashco-piro dans le parc Manu au Pérou © ‘AFP PHOTO/Gabriella Galli/www.uncontactedtribes.org/www.survivalfrance.org’ -DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

Des documents dévoilés par le quotidien anglais Guardian laissent à penser que la firme Pluspetrol envisage de demander une concession gazière dans le parc national de Manú au Pérou. Cette concession concernerait soit le parc soit ses alentours immédiats, or cette région de l’Amazonie péruvienne, au pied des Andes, est réputée pour être l’une des plus riches réserves de biodiversité au monde. Pluspetrol a fait appel à un cabinet de conseil afin d’obtenir la concession gazière, selon les documents de travail qui ont fuité, rapporte le Guardian le 11 février. L’anthropologue Glenn Shepard estime que « cela confirme nos craintes, en tant qu’écologistes et défenseurs des droits des peuples indigènes, concernant la présence de réserves gazières et pétrolière dans le sous-sol du parc national de Manú. Ce que les les firmes pétrochimiques et les autorités péruviennes ont toujours nié. » En mars 2012, l’entreprise s’est vu refuser des activités dans le parc, classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, qui abrite15 % des oiseaux mondiaux, 10 % des papillons et 5 % des mammifères mondiaux.

Media Query: