UsineLubrizol à Rouen: les opérations de traitement sont terminées

Publié le : Last updated:

 UsineLubrizol à Rouen: les opérations de traitement sont terminées

L’usine Lubrizol à Rouen, le 22 janvier 2013 © AFP/Archives Charly Triballeau

PARIS – (AFP) – Les opérations de traitement de la cuve de l’usine Lubrizol de Rouen, à l’origine d’une fuite de gaz malodorante fin janvier ressentie jusqu’en région parisienne, ont pris fin mercredi midi, a annoncé à l’AFP la ministre de l’Ecologie Delphine Batho.

« L’ensemble des opérations de traitement des substances en cause chez Lubrizol a pris fin à 12H30 », a indiqué la ministre.

La cuve en cause a été « entièrement rincée », a-t-elle précisé, saluant le « travail des équipes de la Dreal » (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) mobilisées depuis cette fuite, qui remonte au 21 janvier.

Le préfet de Seine-Maritime, Pierre-Henry Maccioni, donnera une conférence de presse à 16H00 ce mercredi.

L’usine Lubrizol avait été à l’origine d’une fuite de mercaptan, un gaz malodorant qui avait empuanti la région parisienne et le sud de l’Angleterre. Après l’évacuation du produit à l’origine de cet incident dans un premier temps, les opérations consistaient à nettoyer le fond de la cuve de production concernée.

Au-delà de la mauvaise odeur, les autorités ont souligné ces dernières semaines que le seuil de toxicité n’avait été atteint à aucun moment concernant le mercaptan.

Le préfet avait autorisé la semaine dernière « le redémarrage partiel et ciblé des activités de Lubrizol » en vue d’approvisionner les clients de la société.

Les activités de l’usine ont repris « progressivement » à l’exception de « l’unité dans laquelle figure la cuve qui a présenté ce dysfonctionnement », a annoncé mercredi la préfecture de Seine-Maritime dans un communiqué.

La préfecture a précisé que Lubrizol devrait « présenter un rapport complet sur les causes de l’incident, les mécanismes qui ont conduit à ce dégagement d’odeurs incommodantes, les relevés réalisés pendant l’incident, et les mesures correctives susceptibles de garantir contre toute répétition d’un tel incident ».

L’unité placée à l’arrêt ne sera autorisée à redémarrer qu’après analyse du rapport par les services de l’Etat, a ajouté la préfecture.

© AFP

L’usine normande de Lubrizol, qui emploie environ 250 salariés, est adossée au siège social de Lubrizol France, principale filiale étrangère du groupe américain Lubrizol Corporation basé à Wickliffe (Ohio), propriété de Berkshire Hathaway, la holding de l’influent homme d’affaires américain Warren Buffett.

Media Query: