Face à la « crise du long terme », les Français favorisent le plaisir à court terme

Publié le : Last updated:

Temps de lecture : 2 minutes  

consommation, surconsommation, plaisir à court terme, crise

FRANCE, Paris : une cliente se repose lors d’achats d’articles soldés dans un magasin de vêtements parisien, le 25 juin 2003 sur l’avenue des Champs-Elysées, après l’ouverture officielle à minuit des soldes d’été. AFP PHOTO STEPHANE SAKUTIN

Pour 8 Français sur 10, le plaisir à court terme prime sur les questions écologiques, selon les résultats d’une étude publiée par l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) le 20 décembre. Intitulée « Les Français face à la crise du long terme », cette étude à été réalisée dans le cadre du baromètre annuel de l’ADEME. L’objectif était d’estimer l’évolution des valeurs des Français, de leurs modes de vie et de leur intérêt pour les questions environnementales.

Les résultats de cette étude montrent que ce sont le plaisir, l’accessibilité financière et la santé qui constituent les premières préoccupations des Français. Seulement 54% des Français pensent que « consommer mieux » revient à « consommer moins », alors qu’ils étaient 58% en 2008. L’ADEME considère que le désir de consommer est lié à la dégradation du pouvoir d’achat et de la confiance en l’avenir. En effet, 69% des Français sont pessimistes concernant l’évolution économique et la situation financière des générations futures.

Deux précédentes études viennent éclairer ces nouveaux résultats. L’étude sur « Les Français et l’environnement » qui a révélé que 54% des Français déclarent connaître de manière « très ou assez précise » la signification du « développement durable ». Et l’étude sur « Les Français et l’effet de serre » qui montrait, pour 76% des Français, un regain de confiance envers la communauté scientifique concernant l’évaluation des risques.

Pour l’ADEME, malgré les résultats des études précédentes, le « constat est sans appel: les Français ne veulent pas sacrifier leur bien-être présent à un futur de plus en plus incertain et se recentrent sur la sphère personnelle et l’hédonisme ».

Media Query: