Navettes du mont Saint-Michel: feu vert des élus pour un départ du parking

Publié le : Last updated:

Navettes du mont Saint-Michel: feu vert des élus pour un départ du parking

La baie du Mont Saint-Michel, le 10 octobre 2012 © AFP/Archives Damien Meyer

CAEN – (AFP) – Le syndicat mixte de la baie du mont Saint-Michel a donné lundi son feu vert à son président Laurent Beauvais pour qu’il négocie avec Veolia Transdev une modification du lieu de départ des navettes qui relie le continent au site.

Les navettes partiraient directement du parking, et non, comme c’est le cas depuis leur lancement, le 28 avril dernier, à 900 mètres de ce lieu de stationnement.

Sur 23 élus locaux votants, seul le maire du mont Saint-Michel, Eric Vannier, s’est abstenu, les autres ont voté pour, a indiqué à l’AFP une attachée de presse du syndicat qui regroupe la région Basse-Normandie, la région Bretagne, le conseil général de la Manche, les communes de Pontorson et du mont Saint-Michel.

Le président du syndicat, qui est aussi celui de la région Basse-Normandie, Laurent Beauvais (PS), « souhaite, prioritairement, privilégier un embarquement au plus près du stationnement, tout en maintenant une tarification populaire ».

« Le souhait général des élus exprimé pendant la réunion a été que le tarif – actuellement 8,50 ndlr – ne dépasse pas 10 euros », a indiqué à l’AFP un des votants, Henri-Jacques Dewitte, conseiller général (DVD) de la Manche. Les navettes demeurent gratuites une fois le parking payé.

Le tarif du parking est déjà passé de 6 à 8,50 le 28 avril dernier.

Les navettes continueraient à marquer un arrêt à leur point de départ actuel. « Un abri y sera installé », ajoute le syndicat dans son communiqué. Son absence avait été dénoncé par beaucoup dans cette région humide.

L’objectif est de finaliser avant la fin de l’année l’avenant au contrat signé avec Veolia en octobre 2009 et qui confiait à cette société le transport des touristes au mont et la construction d’un parking à 2 km sur la côte qui a remplacé le 28 avril celui qui défigurait le mont, au pied du rocher.

Les modifications pourraient ainsi entrer en vigueur au printemps 2013.

Ces projets de « corrections » font suite à la protestation de nombreux touristes qui déploraient avoir à marcher de 2 à 4 km aller-retour, ainsi que de nombreux professionnels du tourisme qui observaient une baisse de la fréquentation depuis la fin avril.

En outre, le syndicat annonce le lancement de maringottes à cheval au printemps 2013, d’une capacité de 25 places. Veolia devait initialement mettre en service le 28 avril des navettes hippomobiles d’une centaine de places mais y a renoncé à la suite de problèmes techniques.

Les maringottes à cheval devaient, selon les projections de Veolia, transporter 15 à 20% des touristes pour 6,50 euros supplémentaire par personne.

Mais l’ensemble des tarifs doit être revue au cours de la négociation avec Veolia, selon le syndicat mixte.

La région Bretagne a salué « ce nouveau projet, qui va dans le sens de ce qu’elle avait exprimé à plusieurs reprises ». Elle menaçait depuis plusieurs mois de retirer ses financement si le point de départ des navettes n’était pas modifié.

« On se demande comment une décision aussi absurde – un départ à 900 mètres – avait pu être prise. Si le bon sens finit par l’emporter, c’est bien », a estimé le pdg des Tricots Saint-James, Yannick Duval, qui demandait depuis plus de deux ans un départ des navettes du parking et préside une association en ce sens.

Pour Géraldine Faguais, commerçante au mont et à la tête également d’une association opposée au projet de rétablissement du caractère maritime du site, « c’est une avancée, mais 8,50 euros de parking, on trouve ça très cher déjà ».

M. Vannier a expliqué à l’AFP s’être abstenu car il estime que les problèmes de baisse fréquentations posés par les navettes pouvaient se régler sans changer le point de départ, avec par exemple la gratuité du parking la nuit.

L’élu DVD, à la tête du groupe Mère Poulard, doit comparaître le 30 janvier en correctionnelle pour prise illégale d’intérêts dans l’affaire des navettes dont le point de départ se situe devant les restaurants qu’il possède, a annoncé vendredi le parquet de Coutances.

© AFP

Media Query: