Les parcs éoliens offshores avantageraient la biodiversité locale

Publié le : Last updated:

éolien offshore, biodiversité, energies renouvelables

DANEMARK, le parc éolien Middelgrunden, situé dans l’Oeresund, à 3km du port de Copenhague. PHOTO AFP – BJARKE OERSTED

Une étude scientifique a révélé des conséquences majoritairement positives sur la faune et la flore pour le premier parc éolien offshore, installé aux Pays-Bas. Il s’agit, selon Enerzine, de l’une des meilleures études en la matière dans le monde. Poissons, oiseaux, mammifères marins et benthos ont été observés depuis les débuts de la pleine activité du parc éolien d’Edmond aan Zee en 2007. Les résultats de cette étude ont été présentés au cours du congrès Offshore Wind and Ecology les 11 et 12 octobre 2012.

Les éoliennes d’Edmond aan Zee alimentent en électricité plus de 100 000 foyers chaque année. Elles ne dérangeraient ni les poissons, ni les mammifères marins, ni les oiseaux qui survolent ou contournent les éoliennes sans se blesser pour 99,09% d’entre eux. Les éoliennes semblent même favorables aux grands cormorans qui s’installent sur les plateformes éoliennes afin de faire sécher leurs ailes. Les marsouins sont apparus plus nombreux dans le parc qu’à l’extérieur, appréciant certainement la tranquillité des eaux du parc comparativement aux zones de navigation. Ces mammifères marins bénéficient également, ainsi que certains poissons comme les morues, de sources de nourriture plus abondantes autour des éoliennes dans la mesure où ces installations constituent un récif artificiel. Aucun impact n’a été observé sur le benthos, soit l’ensemble des organismes vivant dans les profondeurs aquatiques. Par-delà ces résultats, les scientifiques ayant réalisé cette étude ont remarqué que « la proportion des personnes qui réagissaient positivement [à la construction d’éoliennes offshores] avait significativement augmenté depuis 2005 ».

Media Query: