Les prédateurs marins victimes du réchauffement climatique

Publié le : Last updated:

mammifère marin, habitat, alimentation, changement climatique

FRANCE, Brest : Niko (D), un phoque barbu femelle, évolue le 19 juillet 2006 dans un bassin du centre Océanopolis de Brest, à côté » de son nouveau-né, une petite femelle de 8 kg qui ne porte pas encore sans nom. AFP PHOTO MARCEL MOCHET

Avec le réchauffement climatique, les prédateurs marins du Pacifique Nord tels que les requins et les phoques, mais aussi les baleines et les tortues de mer devront trouver leur nourriture dans des eaux éloignées de leur zone d’habitat actuelle, révèle l’Administration nationale américaine de l’océan et de l’atmosphère dans une étude publiée par Nature Climate Change. Un réchauffement de 1 à 6 degrés Celsius de la surface océanique étant prévu pour la fin de ce siècle, les résultats de cette étude annoncent une diminution de la biodiversité et un déplacement vers les pôles de la plupart des espèces marines. Le SFGate souligne une différence dans les conséquences du réchauffement climatique en fonction des espèces : certaines des plus mobiles pourront être avantagées, par exemple les espèces de thons ou encore des oiseaux de mer comme l’albatros. Mais selon Elliott Hazen, qui a dirigé cette étude : « Pour les espèces déjà stressées par la surpêche et autres impacts humains, l’augmentation du temps de la migration et la perte de l’habitat pourraient être un coup dur ».

Media Query: